samedi 19 octobre 2013

Doctor Who Saison 3 - Un peu de Jones avec votre Smith ?

Aaaah, Doctor Who. L'unique série que je regarde (pour le moment), justement parce qu'elle est totalement unique. Et alors que le nom du nouveau Docteur est tombé, je poursuis tranquillement mon avancée dans les saisons, qui s'est brusquement arrêtée pendant les vacances. Après de malencontreux événements incluant la perte du DVD contenant les épisodes finaux (hashtag la colère), j'ai enfin terminé cette troisième saison.

Souvenez-vous, j'avais terminé la précédente en larmes, avec un final tel que les gardes de Buckingham Palace se mettraient à pleurer jusqu'à la morve si on leur montrait. Voilà, jeunes futurs voyageurs, faites ça au lieu des grimaces devant eux. Les grimaces c'est aussi drôle que Tom Tom et Nana.

Mais alors que la seconde saison frisait la perfection, ou du moins dans sa seconde partie, comment pouvait-on attendre d'une nouvelle saison sans la jolie Rose un tel niveau ? Effectivement, sans trop grosse surprise, cette troisième saison est moins bonne que les précédentes... Tout en restant très sympa !

Je ne détaillerai pas chacun des épisodes parce que ça a déjà été fait, que ça n'apporterait pas grand-chose, que je finirai forcément par spoiler du coup tout le monde me détestera, me portera au bûcher et marquera sur ma tombe "a spoilé Doctor Who". J'ai pas trop trop envie de ça bizarrement. Donc, oui, on va parler de cette saison et puis c'est à peu près tout. Même si j'ai tendance à dériver assez rapidement, après tout vous me connaissez.


Déjà, rapidement, un petit topo de comment ça se passe dans le milieu : le Docteur est en apparence un homme normal, mais il est en réalité un alien, le dernier de son espèce, âgé de plusieurs centaines d'années ayant déjà subi plusieurs réincarnations. Il peut voyager dans le temps et l'espace avec un vaisseau nommé le TARDIS, souvent accompagné d'une femme dans ses escapades, où il rencontrera nombre d'ennemis et d'alliés d'autres espèces. Pour faire simple.

Si vous n'avez pas encore vu les saisons précédents ou celle-ci, il est probable que vous vous posiez une question de type "mé c ki la madam c:". Martha Jones est donc cette jolie demoiselle qui sert pour cette saison de compagne à notre Docteur toujours interprété par le génial David Tennant. Je ne la comparerai pas à Rose, tout simplement parce que c'est plus casse-pied qu'autre chose, mais je peux vous dire que Martha, même si elle est très sympathique, ne bénéficie pas d'un développement pareil à celui de la précédente compagne du Docteur. Certes elle n'apparaît que durant une saison, mais justement, le passage après Rose se fait ressentir. Martha tombe presque instantanément amoureuse du Docteur, ou du moins éprouve des sentiments à son égard. Dans sa famille, c'est elle qui règle la plupart des conflits, et ce statut d'enfant obligée de calmer ses parents la rend plus mature mais aussi toujours plus à la recherche de l'enfance. Rose cherchait à rendre sa vie plus palpitante, tandis que Martha cherche à échapper à sa famille brisée et à ses responsabilités. Comme une petite fille, elle est émerveillée par son étrangeté, mais ses sentiments ne pourront jamais être réciproques, juste parce qu'elle passe juste après Rose et que le Docteur ne pourra pas l'oublier aussi vite.

Le personnage est frais, dynamique. Mais il peine à se démarquer ; principalement parce que l'actrice, même si on sent qu'elle fait preuve d'une bonne volonté immense et de beaucoup d'enthousiasme, est loin d'arriver à l'excellence de Billie Piper (qui avait montré ses différentes facettes, notamment lors du premier épisode où elle passait de Rose à l'orgueilleuse Cassandra en deux secondes à peine, ou encore dans ce fameux final) et encore moins à celle de David Tennant, à côté duquel elle fait un peu pâle figure. Ce n'est pas pour autant que le personnage est mauvais, loin de là : il a une côté de sympathie assez énorme et est très bien travaillé.

Cette saison a la particularité d'être très inégale. Les premiers épisodes sont juste sympas, ceux au milieu de la série sont vraiment moyens voire même mauvais (chose à laquelle la série ne m'avait pas habituée du tout) et les épisodes finaux sont grandioses. Dans les saisons précédentes, même si un épisode ou l'autre était un peu en dessous d'autres parfois, jamais autant d'épisodes moyens ne s'étaient succédé. Perturbant, et donc décevant.

Transition fine
Ah, les aliens dans cette saison. Il y avait de bonnes idées et... De moins bonnes, disons. Pour spoiler le moins possible, je ne vais en prendre que deux qui m'ont particulièrement marqués. Un dans chaque cas de figure.

Commençons par le moins bon : le double-épisode sur les Daleks. Pour ceux qui ne connaissent pas la série, les Daleks sont les plus grands ennemis du Docteur ; ce sont eux qui ont tué tous les autres représentants de son espèce. Ils sont incapables de penser de manière humaine, leur seule raison d'être est d'exterminer encore et encore, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'eux dans l'univers entier. Ils sont effrayants pour cette raison : ils n'ont pas de raison et n'en auront jamais, ils n'ont pas de limite et n'en auront jamais non plus. L'idée de fusionner les Daleks avec une espèce humaine est sur le papier intéressante. Le problème est qu'elle est très mal exécutée.

Je suis personnellement assez fan des Daleks, mais ce double épisode était vraiment mauvais. Et je ne pensais pas dire ça d'un épisode de DW. Il y a de bonnes idées, mais tellement mal exécutées que ça en deviendrait presque ridicule. Ici, ceux qui sont en théorie les aliens les plus dangereux de tout l'univers parce qu'il n'y a aucun moyen de les arrêter deviennent juste des bouts de métal complètement stupides. L'épisode regorge de bonnes idées, mais il n'y en a aucune qui est bien exploitée. Pour le coup, on a envie de tout sauf de revoir les Daleks. Ils ont beau être impitoyables, il n'y a pas de besoin de le rappeler toutes les trois secondes ni de les utiliser si c'est pour faire des épisodes de qualité discutable comme ceux-ci. J'espère que ça n'arrivera plus, les épisodes ayant été particulièrement pénibles, même en aimant beaucoup la série.

En revanche, un des meilleurs épisodes de la saison s'appelle "Blink" et introduit un autre type d'alien qui est autrement plus terrifiant que ce Dalek humanoïde stupide : les anges pleureurs. L'épisode a le même type de narration qu'un autre épisode que j'avais déjà énormément apprécié dans la saison précédente : le Docteur et sa compagne n'ont qu'un rôle secondaire et un personnage secondaire anecdotique raconte l'histoire de son point de vue. Aussi, l'épisode se focalise comme assez rarement dans la série sur un climat de peur constant. Les anges pleureurs sont des sortes de gargouilles qui ne peuvent bouger lorsqu'on les regarde mais vont à la vitesse de l'éclair et peuvent tuer dés que ce n'est plus le cas. Un simple clignement des yeux peut donc vous tuer. Le principe est très bon, très bien exploité, et l'atmosphère d'une bonne partie de l'épisode est franchement glaçante. Extrêmement bien écrit du début à la fin, c'est assurément le meilleur épisode de la saison et pour l'instant le plus flippant de la série. Surtout vers la fin quoi. La fin. J'ai donc vraiment envie de revoir ces anges pleureurs pour un autre petit moment de flippe, insérer smiley avec air un peu niais c: .

cc cv
Cette troisième saison est donc loin d'arriver au niveau de la précédente et je ne suis même pas sûre qu'elle égale la première ; elle est cependant d'une bonne qualité dans son ensemble et donne un vent de fraîcheur avec l'arrivée (et le départ) de Martha. Un bon moment à passer, même si j'espère que la série saura se rattraper dans la prochaine saison de sa maladresse.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire