dimanche 1 septembre 2013

999 : 9 hours 9 persons 9 doors - Logique, maths et visual novel de qualité

Il n'y a pas longtemps mon ordi a lâché. Ce qui est un peu con, étant donné que j'avais l'attention de jouer à pas mal de visuals novels. Donc, voici une feinte. Jouons à 999.

999 est un jeu malheureusement assez peu connu en France, traduit en Anglais, sorti sur DS. Il raconte l'histoire de 9 personnes (ooh) qui ont 9 heures (ooh) pour sortir d'un bateau sur le point de chavirer à travers de 9 portes (ooh ooh) pour trouver la sortie : la porte arborant le numéro 9 . Se lance alors le Nonary Game, orchestré par Zero.


Vous connaissez Dangan Ronpa ? Vous savez, cet anime ultra cool qui est diffusé en ce moment et dont j'attends chaque épisode avec une impatience pas facilement égalable ? Et bien, 999 a été fait par les mêmes personnes. Et ça se sent. Si peu de visuals novels sur DS, mais s'ils sont tous comme ça je veux bien tous les acheter. J'ai déjà tous les Ace Attorney car l'on ne peut pas me tester, mais à part ça, pas grand-chose sur nos DS.

Le jeu débute par un énorme bruit de style BOUM CRAC BOUM PAPAPAPA, ce qui réveille notre héros, Junpei. Et attention : autant tous les personnages sont géniaux, autant Junpei est une serpillière. Je n'exagère même pas. Il n'a aucune personnalité, c'est vraiment un avatar du joueur. Je dois avouer que je n'aime vraiment pas ça. Pour prendre l'exemple des Phoenix Wright, Phoenix a une personnalité propre, très bien développée, on s'attache énormément à lui et pourtant c'est bien un avatar du joueur en premier lieu. Là, rien. Quelques blagues de temps en temps, quelques réflexions pas trop débiles de temps à autre, mais c'est tout. Par contre, juste après on rencontre tous les autres personnages et là if I was from Paris, I would say OOH LA LA, mais je ne suis pas de Paris donc juste WHAOUH. Tous les personnages de 999 sont géniaux. Certes, Clover les dépasse largement tous en matière d'awesome, mais ils ont tous leur place. Sauf Akane car c'est une meilleure amie d'enfance et j'aime pas les meilleures amies d'enfance gentilles et innocentes car je n'ai pas de coeur. Mais Lotus ! Santa ! Clover ! Ace ! Seven ! Clover ! Snake ! CLOVER !

Si le jeu est dans l'ensemble très bon, j'ai comme une envie d'être un peu embêtante, du coup je vais dire le petit problème du jeu : l'aspect graphique n'est pas terrible terrible. Les sprites sont tout à fait corrects, mais les décors sont un peu fixes, et il y a quelques évènements où les personnages ont franchement une tête étrange. Je ne peux pas en montrer ici parce qu'ils arrivent très souvent vers la fin, mais ça sort parfois un peu de l'ambiance, et c'est un peu dommage. Parce que sinon, 999 excelle sur tous les plans.

Le jeu se divise en deux parties : les parties novel et les parties exploration. Les deux se valent en matière de qualité, car le gros point fort de 999 est évidemment son scénario. ET CLOVER.
Franchement, le scénario de 999 est le truc relatif au jeu vidéo qui m'a fait le plus trépider (j'aime bien ce verbe) et ressentir des émotions fortes depuis les deux dernières affaires de Trials and Tribulations. Ce qui n'est pas rien. Et non je n'arrêterai jamais de parler de Phoenix Wright dans cet article. Pour faire une autre comparaison stupide et pas appropriée, parlons des personnages, car dans les deux jeux j'ai cette capacité à tous les aimer de manière totalement inappropriée. Surtout CLOVER. Et PEARL. Et MAYA ET KAY ET VERITE ET MILES ET TOUT LE MONDE.

Plus sérieusement, le développement des personnages est extrêmement bien fait. On ne nous dit pas tout, on s'attache à eux même si ce sont des connards, on les aime fort et on les chérit. Au départ par exemple, Lotus était juste le quota boobs, et à la fin tu l'aimes très fort. Santa était le type avec l'air cool qui ressemble un peu à Wolf et à la fin c'était encore ça mais avec une histoire super cool. Le jeu est extrêmement bien écrit et propose plusieurs fins au nombre de 6, dont une seule est la True End, et une autre une sorte de preview de la true end débloquée automatiquement à la fin et dont je ne parlerai pas. En attendant, je ressens le besoin, l'envie, l’intrépidité de parler de toutes ces fins une à une car on y est un peu obligé. Mais ça va spoiler sa mère. Si vous n'avez pas encore joué au jeu franchement indispensable, et que vous connaissez les bases en anglais, ça devrait aller, donc revenez après l'avoir fait s'il vous plaît.

Par contre, vous n'êtes pas obligés de passer à toute vitesse devant non plus, les images ne sont pas des spoils, juste ce que j'écris.

ALERTE SPOILERS, donc.

Une image calme et reposante avant le carnage qui va suivre
La Sub Ending est une des fins les plus angoissantes et les plus mystérieuses. C'est pas bien compliqué, tout le monde meurt, sauf un. (car il y a bien une autre fin où tout le monde meurt vraiment, hashtag la joie) Les autres fins nous confirment que celui qui nous a tué dont on ne nous décrira pas le visage même si Junpei le verra est certainement cette ordure de Ace que j'ai eu envie de trucider quelques fois même s'il me fait surtout beaucoup flipper. Une fin où tous les personnages bien meurent aussi, donc c'était un peu triste. Surtout pour Clover.
La meilleure Bad End à avoir en premier. Elle introduit bien dans l'ambiance bien glauquounette et complexe du jeu.

La Knife Ending n'est pas spécialement flippante, mais dans la rupture de ton elle peut effectivement en faire sursauter plus d'un. L'ambiance est calme et sympa, ils viennent de trouver la sortie et sont donc heureux, ayant laissé Clover derrière, Junpei retourne la chercher et là PAF UN CADAVRE LOL. D'un personnage carrément cool en plus. Et puis, tu es catastrophé, l'ambiance devient glauque, la musique glauque se lance (c'est toujours la même et qu'est-ce-qu'elle reste dans la tête 4657 ans), tu t'approches du cadavre, et puis tu t'apprêtes à remonter pour prévenir les autres ("pt1 g trouV 1 cadavr fo kje twit sa" "oki lol"). Et puis d'un coup, COUP DE COUTEAU DANS TA FACE. Ou plutôt dans ton dos. Dans cette fin on ne voit pas la tête du coupable, mais bon tout le monde sait que c'est Ace, car Ace est un connard. Et les connards ça tue des personnages cools à coup de couteau. Que c'est mesquin. En tous les cas, cette fin m'a beaucoup surprise, même si dés le moment où tu en connais le titre tu sais ce qu'il va se passer. Ce n'est rien.

Snake possède le souague, sans conteste. 

La Safe Ending est une des plus difficiles à supporter. En effet, elle est loin d'être joyeuse. Et là, tu meurs même pas (enfin, on ne te montre pas ta mort.). Par contre, autour de toi, tout le monde meurt. Tes amis, tes ennemis, le cochon d'inde, le dessinateur, tout le monde. Cette fin contient des éléments extrêmement importants pour la True End et des moments réellement très tristes. Bon, j'ai pleuré quand Snake est mort en voulant tuer Ace parce qu'il avait tué sa soeur. Mais sa soeur c'est CLOVER. Comment veux-tu ne pas pleurer nom d'un chameau moisi. Et encore une fois, Ace est le coupable, car Ace est un connard. Mais de toutes façons, tout le monde l'avait vu venir. En fait, c'est la fin où l'on se rend le plus compte qu'on a mille raisons de le haïr (avec la True End, mais là c'est encore au delà de la haine), où il fait le plus flipper, où on a encore cette musique glauque qui reste dans la tête à tel point que tu peux la chanter sous la douche, et où Ace m'a bizarrement rappelé Damien Gant en beaucoup mieux développé et plus atteint. Parce que soyons honnête, la cinquième affaire du premier Phoenix Wright était pas terrible terrible. Même si elle était mieux qu'une bonne partie d'Apollo Justice. Oooh. Une fois de plus je divague, n'empêche que cette fin est vraiment terriblement terrible quoique horriblement triste. Mais l'un n'empêche pas l'autre, aller vous me dire, ce qui est tout à fait vrai.

Haha, c'est le moment, kiff bizarre. Mais d'abord, PAUSE CLOVER.


J'ai adoré la Axe Ending alors que c'est une Bad End. Clover meurt dans toutes les fins excepté la True End, donc ici elle se venge et bute tout le monde à la hache. En plus d'être le meilleur personnage de tout le jeu elle se paye le luxe d'être badass et un peu creepy. Je l'aime je crois. Elle comprend même que Junpei est un torchon et le tue HAHAHAHAHA. Clover a tout compris à la vie. Par contre, ce qu'il se passe après notre mort est aussi évident qu'ultra triste : Clover condamne son frère (qui est toujours vivant enfermé dans la salle avec les portes 9) mais elle aussi si elle n'a pas le réflexe de changer les bracelets, car le bracelet zéro a une valeur de 6 depuis le départ, rappelons le. Et si elle ne prend pas le bracelet de Santa et celui d'Akane en même temps elle ne pouvait pas non plus. Et qui sait si elle ne meurt pas dans l'incinérateur. Bref, c'est la fin où tout le monde meurt ; mais au moins c'est tué par Clover, et ça c'est la classe absolue.

Et voici venu le moment de la True End ! Qui était absolument incroyable ! Dont je ne reviens toujours pas ! Il y avait de la tristesse ! De l'humour ! Clover ! Un cliffhanger super cool ! Et Clover qui conduit une voiture super vite parce qu'elle vient d'avoir son permis et maîtrise pas encore super bien son véhicule ! Si ça c'est pas de la fin de rêve ! Et oui, pour l'instant je ne vous ai rien dit sur cette fin car je suis très chiante quand je m'y mets !
Dans cette fin, on relie tous les éléments entre eux. L'histoire du premier Nonary Game nous est racontée en détail cette fois ci, on apprend qui est Zero, et on a un fabuleux brisage de quatrième mur super bien écrit. Pendant tout le jeu je me suis dite "hé, pourquoi ils ont pas écrit ça à la première personne" et là tu comprends. Je me suis dite "Akane est un personnage super chiant" et finalement pas tant que ça même si je l'aime toujours pas. Je me suis dite "La fin va tourner autour du fait que Junpei se souvient des fins alternatives" et j'avais pas tord. N'empêche que cette fin ohmondieu elle m'a faite perdre tous mes moyens, je ne pouvais plus lâcher l'écran des yeux.
Dernier petit reproche cependant, le puzzle final a lieu sous la pression, c'est le dernier, logiquement quelque chose de magistral devrait venir, et là un sudoku. Est-ce-que tu es sérieux, jeu. Et pourquoi pas une bataille ou un scrabble pendant qu'on y est tiens. Non mais franchement. Un sudoku.
A part ça, cette fin est extraordinaire, qu'on se le dise, et le retour d'Alice à la fin annonce vraiment que du bon pour la suite.

FIN ALERTE SPOILERS

Qu'avons donc nous là ? Un jeu d'excellente qualité avec un scénario absolument fantastique et même s'il ne brille pas graphiquement, qu'est-ce-qu'on s'en fout sérieusement. Le concept réussit à se renouveler extrêmement bien, et c'est bien la première fois que j'ai calculé devant un jeu pour connaître les issues avant qu'on ne nous les explique. J'ai fait des maths, le truc nul quoi.
Si vous savez parler anglais et avez une DS, vous êtes obligés de vous jeter dessus. J'ai déjà commander le second, et il ne pourra qu'être génial parce qu'il y aura Clover. Mais pourquoi changer son design top cool :'< En tous cas, 999 vaut définitivement le détour pour son univers, son scénario, ses personnages, sa Clover et sa musique glauque qu'on retient trop.

Bisous bisous, dirent les deux filles dépourvues de boobs du casting.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire