dimanche 30 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 19

Day 19: Crossover

Alors, si je comprends bien, il faudrait dire avec quel anime Soul Eater pourrait-il être crossoveré (ça ne veut rien dire) ? Oukay, mais ça va être un peu plus que d'habitude. Je vais me limiter à 5 crossovers possibles que j'aimerais voir à coup sûr. Ca ne va pas dans l'ordre de mes préférences o/

1. Soul Eater avec... SKET Dance.


Ca pourrait me faire beaucoup rire. Je vois très bien une baston entre Black Star et Bossun, une entente parfaite entre Kid et Switch, ou Maka et Himeko. Ca pourrait faire un crossover intéressant surtout au niveau de l'humour, comme Sket Dance et la série qui me fait le plus rire, en manga également (je suis la série d'ailleurs). Donc, ça pourrait faire un truc pas mal.
Oh, et puis la rencontre entre Shinigami et les profs pourrait être une très bonne scène.

2. Soul Eater avec... Sayonara Zetsubou Sensei.


Depuis le début, je me dis que Crona serait une élève parfaite au yeux de notre professeur désespoir favori. Tout aussi désespérée et désespérante. Ils font la paire.
Et puis, vous imaginez une scène avec Chiri et Kid ? Uuuuuh, le bonheur absolu.

3. Soul Eater avec... K-on !


On peut toujours rêver. Ca pourrait être très très sympa. Par contre, il faudrait supprimer tous les personnages masculins. Mais imaginez ce que ça peut donner comme crossover d'une coolitude absolue. Marie en gothic lolita. Kim à la batterie. Et le reste du groupe original avec un gros WTF sur le front. Ca pourrait être cool.

4. Soul Eater avec... Que sa volonté soit faite.


Aucune idée de comment ça pourrait être fait, mais une chose est sûre : ça serait cool. Ca pourrait même déchirer carrément, si c'est bien fait avec du dynamisme.

5. Soul Eater avec... Pokemon.


Me regardez pas comme ça putain. Je suis sûre que ça serait cool.


BONUS : Soul Eater avec Lucky Star.

Kid en Miyuki oO 

Parce qu'on peut faire un crossover de n'importe quel anime avec Lucky Star.

samedi 29 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 18

Day 18: Your Least Favorite Scene/Chapter

Toutes les scènes avec la relation de Liz & Kid sous entendues.
Mais sinon, les premiers chapitres aussi. Avant l'arrivée de Stein, en fait.

vendredi 28 juin 2013

Kanon (2006) - Arrêtez de me faire pleurer, uguu ~~



Résumé pas forcément Nayiesque :

Yuuichi, banal jeune homme de 17 ans, va faire ses études dans une petite ville où il était venu 7 ans plus tôt. A l'époque, il y passait ses vacances avec sa cousine Nayuki. Il ne garde néanmoins aucun souvenir précis de cette époque, que ça soit des rencontres qu'il y a fait ou des aventures qu'il y a vécu.
Un jour où il attend que Nayuki ai fini de faire ses courses, il se fait bousculer par une étrange fillette. Elle s'appelle Ayu et tous deux réalisent rapidement qu'ils étaient autrefois compagnons de jeu. Au fil de ses rencontres, Yuuichi va peu à peu retrouver la mémoire sur son passé vécu dans cette ville et découvrir des souvenirs parfois douloureux qu'il aurait certainement du oublier à jamais...

Adapté d'un eroge des mêmes auteurs que Air, Kanon 2006 est un remake d'un premier anime de 13 épisodes datant de 2002.


L'avis tout à fait Nayiesque :

Avant, je n'avais jamais pleuré 5 fois dans un même anime.
Mais ça, c'était avant.

Kyoto Animation et Key c'est quoi ? Air, Kanon et bien sûr Clannad. Je voulais les voir tous les trois tellement tout le monde dit "ômondieu c'est tellement les meilleurs animes que j'ai vu de ma vieuh". Du coup, j'ai voulu essayé Air. C'était chiant, mais la musique était vachement cool. J'ai regardé le premier épisode de Clannad vers 4 heures du mat' dans une insomnie, du coup je n'ai plus aucun souvenir (mais je compte m'y remettre bientôt). Qu'est-ce-qu'il reste ? Kanon. Qu'est-ce-que j'ai tenté ? Kanon. Qu'est-ce-que j'ai aimé comme le mot "caca" habilement placé dans une conversation tout ce qu'il y a de plus normal ? Devinez.

La première chose à remarquer à propos de Kanon est son ambiance. Accompagné de musiques magnifiques (mais on y reviendra après), l'atmosphère est toujours très lourde. Ce qui, dans les moments qui sont supposés être drôles et légers, a le mérite d'agacer. Pourquoi commencer par là ? Tout bêtement parce que si vous ne la supportez pas, vous aurez du mal à accrocher et à vous concentrer sur l'histoire, qui m'a tenue en haleine tout le long des vingt-quatre épisodes.

"Tenue en haleine" n'est pas le terme approprié étant donné que c'est extrêmement lent, mais j'ai fini par m'y habituer. A savoir que l'anime original ne faisait que treize épisodes, soit pratiquement la moitié du remake. J'imagine que si cette version a été créée, c'est pour mieux prendre son temps, en plus de faire un bon dans la qualité graphique (la version originale était un peu trop fidèle aux graphismes originaux et ça n'a pas réussi...) impressionnant. 

Maintenant ces précautions prises, l'histoire vaut-elle le coup ?

Oh que oui. Mais vraiment. Chaque personnage a droit à son petit arc et les révélations sont toutes plus imprévisibles les unes que les autres. La narration est impeccable, le tout pour un ensemble des plus émouvants.

Petit tour sur chacun des personnages et de leur arc s'ils en ont eu un.



Yuuichi est le héros de la série. Et quel héros ! Charismatique, au grand coeur, un peu cynique sur les bords, je suis sous le charme. Un peu amnésique en plus (ouais, c'est pas une qualité ça.) ! It's not a hero, it's THE hero. Et je parle anglais aussi bien qu'une cacahuète, voui voui voui. 

Enfin, Yuuichi envoie du lourd en matière de héros de qualité, c'est ce qu'il y a à retenir. 



Euuuh. Elle est mimi.

Ne partez pas, j'ai plus de choses à dire sur Nayuki enfin, pour qui me prenez-vous ? Déjà un peu de relation incestueuse à peine cachée ne fait jamais de mal, parce que l'on insiste pas énormément sur le fait que ça soit sa cousine. A la limite, on s'en fout, leur relation est quand même hyper bien foutue et exploitée comme il le faut. Sinon, le personnage en lui-même est mignon, adorable, attentionnée et peut s'endormir dans la seconde (ce petit détail qu'il faut attribuer à quelqu'un, forcément). Lors des derniers épisodes elle est développée davantage et son passé avec Yuuichi apparaît. Cela permet de donner une vraie contenance à un personnage déjà très attachant.

Et puis, son "Fighto ! Dayo ?" est coolos.


Sayuri a tendance à être oubliée parce qu'elle n'est pas forcément très marquante. Je voudrais lui rendre un petit hommage quand même, parce que l'épisode sur son passé était quand même très touchant. Alors, gloire à Sayuri, même si sinon, elle ne sert pas à grand-chose.


Et petit passage obligé vers Kaori parce qu'elle est quand même importante. Elle a droit à son petit développement tout ci tout ça. Oui oui.
Ok, je déteste ce personnage, je peux pas faire semblant plus d'une minute que je l'aime bien. Alors, comme dirait le prof d'anglais dans Sket Dance, cheute eupe. Zat iz ol.

Pour les suivants, je me sens quelque peu forcée de mettre cet avertissement ô combien important.

ATTENTION PERSONNAGES D'EXTREME QUALITE 


Ce personnage est sensible, souffre mais ne le montre pas et fait vraiment tout pour préserver les autres de la douleur en l'occurence. Elle a un background intéressant et sa manière de raconter ses faiblesses à un stade vraiment avancé de l'anime (pas plus de précisions pour préserver des spoils donc) est vraiment touchante. Donc, je l'aime beaucoup. J'aime les gentils.
RAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH.
Comment est-ce-que je peux ne pas le dire ?
Elle s'appelle Shiori 
Notre amour était prédestiné 



J'en ai versé des larmes pour Makoto. Evidemment que je ne vous spoilerai pas la gueule. Mais quand même, une des plus belles scènes est avec elle, alors je dis oui. Alors qu'au départ, elle était bien partie pour faire une tsundeprout (être un(e) tsundere, ça ne s'improvise pas. Oui madame.), elle a finalement figuré dans les meilleurs personnages de l'anime. Son arc est un des plus longs, quelques épisodes, mais il est bien mené du début à la fin et s'achève donc sur une scène mémorable qui m'a faite énormément pleurer. Je vous dis donc que Makoto, c'est le bien.



CA, c'est de la tsundere. Elle ne parle presque jamais et avec une voix adorable, elle est mystérieuse et refuse toute aide extérieure. Somme toute classique, me direz-vous. MAIS ELLE A UNE ÉPÉE.
Une bonne partie de l'anime lui est consacrée et c'est très bien comme ça. J'ai aussi pleuré avec elle. Le meilleur personnage de l'anime selon moi, avec un arc extrêmement bien écrit. La scène du bal restera aussi longtemps dans ma mémoire. 


Et enfin, Ayu. La plupart des scènes comiques lui sont dues, pourtant elle a surtout la fin de l'anime qui lui est réservé et son lot de révélations avec. Au dernier épisode, j'étais sur l'arrière-train (politesse). Et oui j'ai aussi pleuré pour Ayu. Un des meilleurs personnages, mignon, drôle, adorable, mais quand on sait ce qu'il y a derrière... On ne l'aime d'autant plus. Vive Ayu, uguu ~~ (son tic verbal est supportable, itsumo miracle)

Si nous passions du côté technique de la force ? 

Déjà, graphiquement, c'est BEAU. Ca ne me paraitrait peut-être pas aussi beau si l'original n'était pas tellement moins joli. Chouette chara-design et décors parfaits. Et mêlés avec les moyens de Kyoto Animation, paf, ça fait des chocapics ou un anime bien joli. Au choix.

Openingu !


De la qualité mélancolique, en veux-tu, en voilà. Je dois bien avouer que ce n'est pas vraiment mon type de musique, mais dans son genre l'opening est très bon.

Endingu  !


Pourquoi c'est aussi entraînant ? Je me sentais obligée de danser et de chanter avec l'ending à chaque fin d'épisode, même quand je pleurais encore à cause de la fin. ENDING, TU M'AS DÉCRÉDIBILISE. Graaaaah.
Mais sinon, Ayu qui court en boucle pendant 2 minutes, c'est toujours un plaisir.

Et l'OST déchire. Je l'écoutais même avant de regarder l'anime, tout comme Clannad d'ailleurs, que j'écoute pour m'endormir.


Alors, que dire de Kanon ? Avant tout, c'est un excellent anime très mélancolique néanmoins. L'ambiance lourde constamment présente pourra vous paraître ennuyante, alors conseil d'amie, quand vous en avez un peu marre, faites une pause et regardez un épisode d'un truc bien débile ! Vous pourrez repartir sereinement dans cet anime définitivement magnifique... Et meilleur que Air, son acolyte dans "le trio des key-kyoani".

30 Days Soul Eater Challenge - Day 17

Day 17: Your Favorite Scene/Chapter

(commentaire court et quelque peu drôles afin d'introduire l'image)



Le chapitre 87 est le meilleur et c'est indiscutable. Déjà parce que Crona et Medusa sont deux de mes personnages préférés. Qu'on remonte encore une fois dans l'enfance et l'état mental  de Crona et que ce sont, en règle générale, mes moments préférés (j'avais pensé aussi au moment où Maka entre dans le mental de mini-Crona, un des meilleurs moments également). C'est noir, c'est dessiné en accord avec l'ambiance, j'adore ce chapitre.
Et en plus y a Medusa dans le corps d'Arachnée. Badasserie level over 9000.

jeudi 27 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 16

Day 16: Your Least Favorite Crack Pairing

Euuuh... Honnêtement je ne sais pas.
Alors je vais dire la même chose qu'il y a deux jours.
Kid X Liz. Je ne vais pas inventer d'autres raisons, je n'ai vraiment rien à dire de plus. .__.

Chroniques de Zombieland - T1 Alice au pays des zombies de Gena Showalter


Résumé pas forcément Nayiesque :

Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde... Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Non, vous ne rêvez pas. Rien que dans le titre, il y a les deux choses que je préfère dans la vie. Alors, bien évidemment, j'avais énormément d'attente pour Alice au pays des zombies. Heureusement, elles ont été comblées très vite. 


Le premier chapitre m'a transportée. Mais vraiment. C'est bien écrit, rapide, et l'histoire commence au quart de tour. J'en veux plus des comme ça. Dés le départ, on s'attache à notre narratrice, et ça c'est extrêmement rare avec moi. Je reste d'habitude quelques chapitres totalement neutre avant de me faire une opinion sur elle. Mais directement, j'adorais Alice. Tant mieux pour moi, parce que c'est quand même pendant plus de 500 pages que l'on l'accompagne. 

Contrairement à ce que je pensais à la vue du premier chapitre, ce n'est pas un livre bourré d'action, bien loin de là. C'est plutôt une sorte de prologue à la série. Un prologue de 500 pages, mais un prologue quand même. Elle apprend à connaître mieux les zombies. Et attention, oubliez tous vos vieux clichés, ces zombies là n'en veulent pas à votre cerveau. Si je m'écoutais, je dirais "c'est bien dommage", mais peut-être que leur offrir un développement psychologique autre que "MOI VOULOIR MANGER CERVEAU TOI" était plus intéressant. Je suis une fana de zombie, alors ça ne m'aurait pas dérangé, mais j'imagine que pour d'autres c'était le bienvenu. Je ne suis pas du tout objective haha o/


On suit donc le combat de Alice contre les zombies avec Cole et le reste de sa bande. On suit aussi sa manière de faire le deuil de sa famille. Et pour cette dernière partie, je l'ai trouvée absolument pas crédible et trop rapide. Ca donne quelque chose comme "Je suis triste - je suis triste - je suis triste - OH UN BEAU GARCON ! *-*". On a vu plus crédible. 

Néanmoins, en dehors de cette petite bévue, les émotions sont très bien gérées. Il y a des moments très drôles comme d'autres émouvants. Et l'action. Oh, je ne vous en ai pas encore parlé de l'action. C'est très long à certains moments qui heureusement ne durent pas plus d'une dizaine de pages, mais quand il y a des combats, il y a DES COMBATS. Un peu de badasserie bienvenue dans un récit avec des zombies quand même. 

Ces combats contre les zombies sont dynamiques, coupés de dialogues pour rendre le tout plus agréable et surtout, on peut facilement se visualiser les scènes. C'est un défaut que je vois beaucoup trop, parfois je suis incapable de m'imaginer la scène et ça m'embête vraiment. Parfois même je me demande "C'est possible physiquement ça ?" en faisant une tête proche du oO. Aucun problème donc de ce côté, Gena Showalter a vraiment fait un excellent travail.

D'ailleurs, en parlant de l'auteur ! Le style d'écriture est ultra agréable à lire, ça ne prend pas la tête, et la parole d'Alice est très sympa, bien que neutre, c'est à dire pas vraiment de trace de sa personnalité dedans, on ressent plutôt ses sentiments et émotions. Rien à redire donc, c'est vraiment prenant. 

Les personnages sont tous géniaux à leur manière. Alice fait vraiment office de Alice, elle découvre et s'étonne de tout ce qu'elle entend. Néanmoins, elle est beaucoup moins naïve et elle est déterminée, ce qui en fait une héroïne de choix. 

Ensuite, il y a Cole, qui est le profil type du beau brun ténébreux. Et je l'ai bien aimé, parce qu'au fond il a bon coeur et qu'il est drôle et qu'il est cool et qu'il est tout.
Et puis, il a des yeux violets  (<< faiblesse flagrante)

Le reste des personnages ? Mais ils sont tout aussi attachants les uns que les autres, spécialement Kat et Frosty, mais je vous laisse découvrir pourquoi par vous-même.

Je vous recommande donc énormément Alice au pays des zombies, même si vous n'êtes pas forcément amateurs à la base. C'est une pure bombe qui malgré les moments un peu long, s'en sort très bien.




mercredi 26 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 15

Day 15: Your Favorite Crack Pairing

Je.

NEKO POWAAAA
J'en parlerai presque avec des petits coeurs dans la voix. C'est la meilleure crack pairing que le monde a connu, et je parle très sérieusement.

Ce qui détruit ce ship, c'est justement l'explication, chacun a sa raison de voir Kid et Crona ensemble. Mais ils sont parfaits, bande de macaques.

mardi 25 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 14

Day 14: Your Least Favorite Pairing

Ces derniers jours, tous les choix sont ultra simples.


Pourquoi Kid X Liz ?
Parce que Kid ne PEUT PAS aller avec Liz, et qu'en plus je n'aime pas cette dernière.
Prout à ceux qui disent qu'ils vont bien ensemble ! >__<

lundi 24 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 13

Day 13: Your Favorite Pairing

Toujours aussi en retard.
On voit plus le temps passer avec Kanon putain.



Mon vrai ship préféré n'est pas celui-là mais il aura plus sa place dans deux jours.
J'ai un peu hésité avec Black Star X Tsubaki mais finalement c'est Stein X Marie qui l'emporte. Ils sont tellement parfaits ensembles que je ne pouvais faire autrement. Mais raaaaah, pourquoi vous êtes pas encore ensembleuuuh. Siouplé.

dimanche 23 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 12

Day 12: Your Least Favorite From Noah's Team

Late post is late.
En retard, en retard, je suis en retard !


Bon, heureusement, le choix était ultra simple. Dans l'équipe de Noah tout le monde est totalement badass et cool, alors il ne me restait qu'à prendre le moins marquant. Même si je l'aime quand même beaucoup en tant que méchant et que se transformer en tronçonneuse qu'est-ce-que c'est stylé.

Quatre minutes de retard, everything's fine, funya.

samedi 22 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 11

Day 11: Your Favorite From Noah's Team

Hahahahahahaha !


En fait, je ne pourrais pas dire pourquoi Justin sans spoiler. Mais ce personnage est tellement génial de A à Z. Moi aussi parfois j'aime les méchants. Mais Justin FTW. Et ceci est totalement indiscutable. Si vous avez lu le manga, vous comprendrez, parce que dans l'anime, toute sa personnalité n'est pas exploitée malheureusement.

Oh, et puis, je l'aime tellement que j'ai prévu d'acheter ses écouteurs. Voilà, c'est dit.

Sukitte Ii na yo - Ou l'art de manier des clichés



Résumé pas forcément Nayiesque :

Tachibana Mei a passé ses 16 ans de vie sans avoir un petit ami ou sans se faire des amis. Un jour, elle blesse le garçon le plus populaire à l'école, Yamato Kurosawa mais, pour une raison inconnue, celui-ci semble bien l'aimer et prétend unilatéralement qu'ils sont amis.
En plus de protéger Mei d'un harceleur, il lui donne un baiser.


L'avis tout à fait Nayiesque :

Sukitte Ii na yo, c'est avant tout un shôjo. Un shôjo, par définition que je viens d'inventer, c'est ce que je regarde une fois tous les 6 mois, ma référence étant Toradora pour l'anime et Maid Sama pour le manga (juste parce que c'est mon premier, je sais pertinemment que c'est quand même un peu du caca). La plupart du temps, c'est simple, je m'ennuie. Pour ne pas dire un autre mot. 

Cependant, Sukitte Ii na yo a quelque chose qui fait que l'on ne lâche pas. C'est très accrocheur, et heureusement, car du côté de l'histoire, ce n'est pas brillant brillant. J'ai eu tellement l'impression de voir un Maid Sama bis, rien que durant le premier épisode c'était flagrant. L'ami d'enfance amoureux de la fille, la rivale, la meilleure amie faible, fragile et toujours de bonne humeur, rien que ça en un seul anime, c'est fort. 

Sukitte Ii na yo se débrouille très bien excepté dans deux points qu'on ne peut ignorer. Il y a évidemment d'autres erreurs, mais on peut plus facilement passer outre, alors que celles-ci...

Premièrement, le personnage de Megu. Son existence est une erreur. Sauf au douzième épisode (à la fin, au début elle est toujours aussi chiante) où elle reprend de la gueule. J'aurais aimé la voir comme ça pendant tot tout l'anime, mais non, Megu est le personnage que personne n'aime. Mais je reviendrais sur le personnage plus tard. 

Deuxièmement, et là c'est de l'erreur qui ne passera pas comme ça tout tranquillement, le dernier épisode ne sert à rien. Mais quand je dis à rien, c'est à rien (je trouve que "à rien" c'est très bien comme groupe de mots à répéter). Je me demandais, après la fin de l'épisode 12, comment trouver une conclusion à la série, étant donné que la fin de cet épisode était déjà parfaite en tant que fin. Non, l'épisode 13 ne sert à rien. Non, l'épisode 13 n'est pas une fin. Et non, j'ai vérifié, l'épisode 13 n'était pas un OAV. Là, ça aurait encore pu se comprendre, mais non, ça n'en était pas un.

C'est donc très nunuche, rose et tout ce que vous voulez et ça ne sort absolument pas du lot, vous l'aurez compris. Pourtant, je n'ai pas décroché une seconde, à tel point que j'en ai presque oublié de regarder l'épisode spécial Noël de Doctor Who (c'est pour ça que je suis en train de le regarder et, au fait, il déchire), vous vous rendez compte. J'imagine que c'est donc la dose idéale, et ça c'est BIEN. 

Sinon, la fin aurait été très bonne si ça avait été stoppé au douzième épisode, je l'ai déjà dit. Ce qu'on nous a offert n'était pas une fin, et ça me reste vraiment au travers de la gorge. 

Faisons un rapide tour sur les personnages... Ou pas.



Le couple principal est annoncé au premier épisode, il s'agit de Mei et de Yamato. Et grosse surprise, ils sont très attachants. Mei a un petit côté de fille timide et perdue qui n'est pas déplaisant. Parfois, Yamato agit un peu comme un gros connard, mais who cares. Ceci est un couple d'anime parfait. Même si bon...

J'étais quand même carrément du côté de Kai. Pourquoi ? Parce que quelque chose en moi fait que je suis presque toujours du côté du meilleur ami / ami d'enfance. C'est comme ça, j'aime bien les gentils (c'est rare les amis d'enfance qui sont méchants). Il n'y a qu'à voir Hinata pour voir à quel point je les aime. Je me suis même convertie au Hinatisme, c'est dire. 

Dans l'ensemble, la bande d'amis des deux héros est très plaisante. Asami est adorable, Aiko est beaucoup moins insupportable qu'au début et même que je l'aime bien.

Mais attention, c'est ici que ça gueule, j'ai besoin de parler du personnage de Megu.
Rien que d'écrire son nom, je suis énervée, j'espère que vous vous rendez compte de l’ampleur de haine que j'ai contre elle. (cette phrase ne veut rien dire, vous ne rêvez pas)

Megu est une méchante, déjà. Là n'est pas le problème. Crona essaie de tuer tout le monde en ce moment dans Soul Eater, pourtant je l'èm tro koi. Mais Megu est méchante qui a une raison d'être méchante. Sauf que sa raison, bah écoutez, c'est de la merde quoi. Je n'ai pas envie de spoiler mais non, ce n'est pas parce qu'on t'a traitée de moche UNE FOIS dans ta vie que tu dois devenir méchante par la suite. Et c'est un profil encore pire, puisqu'elle cache sa méchanceté. Elle a un faux visage mal utilisé quoi. Elle s'est énervée pourquoi ? Parce que les gens se sont rendus compte qu'elle était horrible intérieurement ? Mais réveille-toi, Megu ! Montrer un faux visage de toi aux autres, ce n'est pas à tout prix vouloir leur faire plaisir, c'est toi qui est en faute putain !
Et puis, elle apparaît TROP.
Oui, j'ai spoilé. Mais elle m'énerve.
Prenez Crona, par exemple, elle a été traumatisée et sa raison est, en plus d'être plausible, perturbante et triste. Je ne dis pas qu'elle a le droit de tuer tout le monde à cause de ça, mais je la pardonne. Megu est une méchante de merde point. En plus, les méchantes de merde qui se prennent au sérieux y a RIEN de pire. Et quand je dis RIEN c'est RIEN EN MAJUSCULES.

Et j'en ai tellement rien à foutre que je mets une image de Crona à la place et que c'est BIEN MIEUX. NA.
Très bien, technique maintenant, pour se calmer un peu.

Enfin, pour se calmer un peu, c'est une façon de parler parce que ce n'est vraiment pas transcendant. L'animation est à peu près correcte, sans plus, et les graphismes... J'imagine que ça dépendra des gens. Je fais partie de ceux qui trouvent ça pas trop moche. Mais un peu quand même, surtout le chara-design. Je dis pas que des couleurs sombres ne sont pas adaptés dans certains cas. Mais on parle quand même d'un shôjo tout ce qu'il y a de plus nunuche, là, s'il vous plaît. En plus, les couvertures des mangas sont elles très jolies et colorées. Alors POURQUOI.

Sinon, voici un peu de musiqueeeeeeuuuuuh dans nos coeeeuuuuurs !


Que dire à part... Que c'est vraiment pas terrible ? Le principal souci de l'anime est là : ça manque cruellement de dynamisme, et ça se ressent même dans les musiques. Le manque de dynamisme dans un anime n'est pas un problème, sauf quand c'est supposé être une comédie. Les moments à peu près drôles dessinés en chibi font ultra tâche dans l'ambiance lourde. Et regardez comme la musique aide pas.



Je me confirme sur ce qu'il y a écrit juste au-dessus. Si c'était sur Facebook, je mettrais un like, et puis je mourrais ensuite en paix avec moi-même.

Pour résumer, Sukitte Ii na yo n'est pas mauvais, loin de là, c'est même un très bon shôjo. Il faut néanmoins savoir passer outre ses gros défauts et Megu, et vous pourrez en profiter.
Ce sera sûrement toujours autant un Maid Sama bis en moins bien foutu, mais après tout pourquoi pas.




(au fait c'est déjà le 100me post. Le temps passe vite quand on s'amuse.)

vendredi 21 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 10

Day 10: Your Least Favorite Witch

Easy.



Je peux pas la saquer haha :D
Elle sert à rien :D
J'ai envie de la trucider :D
Ok, c'est pas une vraie sorcière mais ça change rien je l’exècre quand même /D

jeudi 20 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 9

Day 9: Your Favorite Witch

Huhu, trop faciiile.


Ce n'est un secret pour personne : il y a des types de personnages que j'idolâtre aime plus que d'autres.
Mon top 3, ce sont les tsunderes, les personnages avec une psychologie intéressante qui ont un bon développement et les personnages BADASS.

Bol absolu, Medusa remplit deux de ses cases. ET JE L'AIME KOI. Et puis, en mode Arachnée elle est 10 FOIS PLUS BADASS. OUI J'AIME BIEN PARLER EN MAJUSCULES PARCE QUE C'EST IMPORTANT !


mercredi 19 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 8

Day 8: Your Least favorite Adult Weapon

Euuuuh ? Voyons voir...


En fait, j'adore Excalibur en tant que personnage. Mais en tant que personne (?) ômondyu. Je ne peux pas le saquer.

Mais il est bien drôle quand même, voilà.

mardi 18 juin 2013

Doctor Who S2 - Goodbye Rose...



Résumé pas forcément Nayiesque :

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps(Time Lord) originaire de la planète Gallifrey. Dans la première série, éxilé par son peuple, il voyage à bord d’un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) ISpace), une machine pouvant voyager dans l’espace et dans le temps. Particulièrement attaché à la Terre, il est régulièrement accompagné dans ses voyages par des compagnons, pour la plupart humains.Le TARDIS a l’apparence d’une cabine de police (construction typiquement britannique ressemblant à une cabine téléphonique), le système de camouflage étant resté bloqué. Comme tous les Seigneur du Tempsle Docteur a le pouvoir de se régénérer  ce qui explique sa capacité à changer de corps lorsqu’il est proche de la mort. Dans la seconde série, le Docteur est le dernier survivant de sa race, anéantie par la grande guerre du temps contre les Daleks, les pires ennemis du Docteur.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je. Cette série est définitivement génialissime, mesdames et messieurs ! La saison 3 m'attend je vous laisse, allez, salut, hahaha !

Roh, ce n'était qu'une petite boutade, voyons.

Cette série commence donc par notre 10me Docteur sous les traits de David Tennant emmenant notre bonne vieille Rose avec lui pour d'autres aventures palpitannntes ! Alors, que retenir de cette saison, atteint-elle le niveau de la première saison, qui elle-même était déjà très agréable à regarder ? Réponse immédiatement.

Attention, ça ne sera clairement pas sans spoils, étant donné que je parlerai des épisodes un à un en m'y attardant, jusqu'à la fin donc. Revenez après avoir vu cette saison.

Le premier épisode nous emmène donc dans le futur revoir de vieux coupains, Face de Boe et cette vieille peau de Cassandra (tellement d'humour en moi) pour un tout explosif. Ce n'est que le début et pourtant on sent déjà la qualité visuelle bondir de manière assez impressionnante. Les effets spéciaux pourris ne sont toujours pas absents, loin de là, pourtant c'est déjà très bon. On peut saluer dans cet épisode la performance de très haut-niveau de Billie Piper quand elle joue une Cassandra qui découvre son nouveau corps et semble tomber sous le charme du docteur, ainsi que la crise de fangirlisme quand Cassandra dans le corps de la compagne du Docteur embrassera ce dernier. Je pense qu'on ne pourra pas m'empêcher de toujours m'imaginer une relation entre la compagne et le docteur. En même temps, l’ambiguïté ne peut que renforcer cette impression. Ce premier épisode est donc d'une très grande qualité, surtout pour le personnage captivant de Cassandra, que je n'ai trouvé humaine qu'à la fin de cet épisode.

L'épisode suivant m'a tellement marqué que je ne m'en souviens absolument pas ! A part une reconstitution excellente de l'époque, des remarques de la reine Victoria sur la tenue de Rose et des gens qui crient, je ne me souviens de rien. Donc, passons à la suite sans faire plus d'histoires.

School Reunion se démarque par contre par le retour d'une ancienne compagne du Docteur, Sarah-Jane Smith, et de Mickey, ce personnage qui se retient par sa manière d'être constamment oublié tellement on aimerait que Rose et le docteur soient ensemble uwu. La jalousie entre les deux compagnes est bien au delà d'un simple caprice, et c'est sur cette dynamique que fonctionne cet épisode, car l'histoire est bien trop classique pour fonctionner pleinement, malheureusement.

J'aère avec des images, mais en fait, y a rien à dire dessus. Normal quoi.
Et c'est à l'épisode quatre que la série reprend en force ! Reconstitution du passé toujours excellente et histoire captivante bien que courte et manquant quelque peu de développement. Celle que l'on accompagne et tombera rapidement amoureuse du Docteur n'est autre que Madame de Pompadour. L'écriture est simple et emplie de délicatesse, on en oublierait presque ces aliens pour se laisser plonger dans l'ambiance chaleureuse de l'épisode.

Avec le premier double-épisode de la saison, on nous présente un autre grand ennemi du Docteur, les Cybermen, alors qu'accompagnés de Mickey, Rose et le Docteur se retrouvent dans un Londres alternatif ! L'univers des réalités alternatives, c'est toujours un peu casse-gueule, pourtant c'est avec brio que tout se déroule. Ce n'est au final pas très développé, si bien que l'on aurait facilement pu tout mettre sur un épisode. La conclusion est tout de même assez imprévisible. Mickey D:
L'épisode suivant est juste lent à en mourir. Mais vraiment. En plus, je n'y ai trouvé aucun intérêt, c'est tellement nouveau de nous coller des télés tueuses... Ca passe donc assez inaperçu.

Le double-épisode suivant ravive totalement l'intérêt que l'on pouvait avoir pour la série. Aucun effet spécial raté (!!), un ennemi très menaçant et encore un approfondissement de la relation du Docteur et Rose. Et des Ood un peu cool quand même. L'ambiance est assez inquiétante et le Docteur parle un peu des croyances ("on peut t'enfermer... Mais on ne peut pas tuer un concept !") de manière assez détournée tout de même. Grosse remontée en force donc. Surtout que l'épisode suivant, "L.I.N.D.A." frôle le génie. Tout est présenté sous forme d'une vidéo réalisée par un homme, Elton, qui était là lors d'épisodes antérieurs, mais toujours comme figurant, dont la vie a été bouleversée par le Docteur qu'il a rencontré une nuit étant petit. Toute sa vie, il l'a passée à rechercher le Docteur. L'épisode entier se déroulera avec lui comme narrateur, sans aucune apparition des deux personnages principaux (en dehors de la fin et de quelques secondes au début). Et la fin est réellement émouvante, si bien qu'elle m'a fait versé une petite larme. L'histoire se termine plutôt bien tout de même, pour notre plus grand bonheur ; car aussi étonnant que cela puisse paraître, sur ces 40 minutes nous avons le temps de nous attacher à Elton et ses amis, ce qui ne rend la fin qu'encore plus difficile à accepter, même si nous quittons l'épisode le sourire aux lèvres.

TROP DE CREDIBILITE DANS L'EPISODE 11 TOI MEME TU SAIS. Evidemment, c'était une boutade, un calembour, une petite blagounette. Le dessin tueur, comme si ça n'avait pas été vu des milliers de fois. Comme si on ne se doutait pas que l'ombre à la fenêtre totalement voilée dans une posture flippante n'était pas très très gentille. Comme si le jeu d'acteur de l'actrice jouant la Cloe (Chloe ?) possédée n'était pas totalement pas crédible. Bref, next s'il vous plaît.

/!\ ATTENTION ÉPISODES FINAUX DE QUALITÉ /!\

Et même que je suis sérieuse, tiens.  Au début, Rose annonce elle-même sa mort. Et pendant tout ce double-épisode, je me disais que c'était pas possible, qu'elle n'allait pas mourir. Car oui, j'aime beaucoup Rose. Et si l'histoire en elle-même est très bien foutu (par contre l'effet de surprise du retour des Daleks est totalement foiré étant donné qu'ils sont dessinés sur ce DVD -_-"), mais c'est surtout la fin qui m'a déchiré le coeur.
Si la relation entre Rose et le Docteur n'a jamais été "clairement" expliquée, là on arrive à une déclaration, alors que Rose officiellement est morte, puisque transportée dans un monde parallèle pour sa survie. Lorsqu'elle voit le Docteur alors qu'il ne lui avait même pas dit aurevoir, elle fond en larmes, moi aussi au passage. "Je t'aime", lui dit-elle. Le Docteur s'apprête à lui répondre, mais après quelques formules pour introduire sa réponse visiblement positive, il disparaît malgré lui. Une larme coule sur la joue du Docteur également. Et soudain une mariée apparaît sans explication dans le TARDIS, sous les traits stupéfaits de David Tennant, dont les expressions faciales font rire, afin de nous remettre rapidement du départ de Rose... Malheureusement, il me faudra un peu plus de temps que ça. J'ai beaucoup pleuré lors de ce final grandiose.

Doctor Who est donc une excellente série, malgré ce début de saison un peu catastrophique, la saison 2 est définitivement excellente. Même si je ne suis pas vraiment une grande fan de SF, je suis accro à l'univers de DW et ai hâte de me lancer dans la saison 3... Pour voir si Rose peut être vraiment remplacée.

30 Days Soul Eater Challenge - Day 7

Day 7: Your favorite Adult Weapon

Huhu, toujours aussi facile toi-même tu sais.


Pourquoi Marie ? Au départ, je ne l'avais pas du tout choisie, mais ce dernier apparaîtra dans quelques jours, du coup je me suis abstenue.
Elle est toute mignonne, Marie, quand même. En plus, elle est sérieuse à certains moments et très attachants malgré ses cheveux qui ressemblent vraiment à une perruque huhu. Mais elle a la classe avec des tresses.

lundi 17 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 6

Day 6: Your Least Favorite Adult Meister

Euh.... Autant pour mon préféré je n'ai eu aucun problème, autant là je n'en sais vraiment rien oô Alors je vais direuuuh....



Pas que je ne l'aime vraiment pas. . Mais... désolée, Sid. °<° Et puis, il n'y a pas  trente mille meisters adultes malheureusement, parce qu'en fait je l'aime bien quand même. Et les avis se rejoignent carrément dessus en fait dans ce 30 Days Challenge °-°

dimanche 16 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 5

Day 5: Your Favorite Adult Meister

Ahah, vous avez pas encore plus facile ? ^^


J'étais obligée de parler de lui. Que voulez-vous, il est tellement cool qu'on ne peut l'ignorer, tellement captivant, tellement TOUT ! J'aime bien les gentils. Mais les psychopathes sont encore une place au-dessus dans l'échelle du fangirlisme. Alors les gentils psychopathes, je ne peux pas les ignorer. Donc, ça sera Stein.
(Note : je mourrais d'envie de mettre une autre image, mais elle est spoilante ;w;)

samedi 15 juin 2013

Uta no Prince-sama Maji Love 1000% : Mon héroïne ne peut pas être aussi énervante !?

IMPORTANT : Suite au commentaire d'une personne que j'ai supprimé un peu automatiquement (si tu me lis, je m'en excuse, et j'aimerais pouvoir te répondre directement), je voudrais mettre les choses au clair : ce que je dis dans cet article est principalement du second degré ; certes je n'ai pas aimé, mais je respecte ses fans et ceux qui l'ont créé. Je ne voulais pas me montrer méchante, et je suis désolée si tu l'as pris ainsi. J'espère que tu ne m'en voudras pas, et je m'excuse encore une fois. 


Résumé pas forcément Nayiesque :

Nanami Haruka est une jeune fille timide qui rêve de devenir une auteur-compositrice de talent. Elle se fait donc accepter dans l'école Saotome Gakuen, une école spécialisée dans le chant qui a pour but de propulser au sommet de futures idoles.
Dans cette école où les locaux comprennent des studios d'enregistrement et des théâtres, tous les cours sont donnés par des célébrités.
L'un des programmes de l'école consiste à faire des paires au hasard formées d'un auteur et d'un interprète.

Haruka va se retrouver malgré elle a choisir parmi les six garçons à vouloir faire équipe avec elle.
Mais va-t-elle vraiment devoir travailler avec un seul d'entre eux ? Va-t-elle réaliser son rêve?
Et que manigance le principal de l'école ?


L'avis tout à fait Nayiesque :

Sachez tout d'abord qu'il y a deux manières de regarder UtaPri (on l'appelera comme ça pour faire court). L'une en le prenant en sérieux, l'autre armé de blagues de merde avec des amis (ou twitter si on en a pas qui veulent s'infliger un anime). J'ai d'abord essayé de regarder sérieusement. Après 3 minutes, j'ai changé d'avis.

ALERTE ROUGE ! FABULOUS DETECTE !
A1 Pictures le fait vraiment exprès c'est pas possible, je suis sûre qu'ils rigolaient en animant les scènes tellement c'est concon. Enfin, retour au point le plus important parmi tous, le scénario, ou ce qui voudrait se faire appeler comme tel.

Donc, notre héroïne, Nanami Haruka, visiblement malvoyante-alien-zombie (rayez les mentions inutiles) débarque en retard à son examen de passage, et le garde ne veut pas la laisser passer (normal, tous les gardes sont des connards apparemment). Alors arrive le premier bishonen aux cheveux rouges flamboyants tellement pas naturels qu'il prend sûrement un bain de ketchup tous les jours, qui veut la laisser passer parce que c'est le coup de foudre au premier regard... Sûrement ses yeux, ils ont des propriétés hypnotisantes je pense. Mais il n'est pas assez puissant pour la laisser passer, alors arrive le deuxième gars avec une mèche très perturbante qui raconte une connerie sur l'innocence de Nanami (à ce point-là c'est plus de l'innocence, c'est de la connerie ouais), mais sa puissance n'est toujours pas over 9000. Alors, le garde reçoit un coup de fil qui lui dit que si il ne laisse pas la gamine passer, il va se faire changer en pierre dés qu'il croisera son regard, alors elle passe et OH ÉNORME SURPRISE ! Elle est acceptée dans l'école où se déroule l'action. Bah ouais, ça serait con qu'elle rate l'examen d'entrée.

Alors, pendant le reste de l'épisode elle rencontre tous les autres jusqu'à la fin où elle rencontre l'autre qui est tellement ténébreux et qui ressemble parfaitement à son idole, mais en fait c'est son frère jumeau, et au fait Nanami, si t'avais pas été aveugle, je t'aurais tué pour ne pas avoir vu que c'était vraiment lui. Sauf qu'ils ont EXACTEMENT les mêmes voix sans aucune exception. Alors, prout, Nanami, t'es pas sourde.

Le reste de l'anime ? Mais il est d'une intelligence rare avec des bishonen à tous les étages, des conneries, des chansons, des conneries, des séquences émotions qui te donnent envie de tuer cette héroïne pourrie, et beaucoup de conneries surtout.

Et surtout cette fin qui dit tout ! Elle peut pas choisir entre tous ces gars trop FABULOUS, alors elle fait un groupe qui s'appelle Starish ! Et oui, vous ne rêvez pas, ça veut rien dire, mais ça on s'en fout après tout on est dans un anime, on fait ce qu'on veut y aura quand même des groupies qui crient comme des malades mentales.

Vous l'aurez compris ce scénario est prévisible et pue le déjà-vu à 1000 km à la ronde, mais si on est armé de blagues de merde, ça passe tout seul et dans la bonne humeur, même quand Nanami rougit quand l'autre con à la mèche l'appelle "Petite brebis", tu peux rire (en pleurant un peu de désespoir quand même hein) ! N'est-ce-pas fabuleux ?

Mais après tout on est pas là pour l'histoire, on est là pour les mecs ! Alors ils sont comment ?

Ils sont 7. Donc, faisons un top 7, ça serait tellement original et poignant !

7. Aijima Cécil


Mais à quoi tu sers. Même en lisant les spoilers relatifs à la saison deux, ça n'en reste pas moins totalement inutile. Et un peu creepy sur les bords, parce que c'est un chat, même s'il a forme humaine. Et qu'il y a une possibilité de finir avec lui (dans le jeu en tous cas). Alors si en plus il n'a aucune utilité, je dis non, merci, va dans un autre anime où tu as ta place, Cécil. Car un jour, tu auras la gloire, j'en suis sûre !

6. Jinguji Ren


Bonjour, je m'appelle Ren, j'ai une mèche qui tient on ne sait trop par quel miracle et je suis programmé pour être le gentleman riche stéréotype, enchanté. Pourquoi ce personnage m'exaspère-t-il autant ? Je ne sais pas. Et pourtant, c'est le cas. Il est trop parfait et il appelle la fille dont il est amoureux petite brebis. Heureusement que Nanami est... innocente, hein.

5. Shinomiya Natsuki


Faut pas croire, au début, je l'aimais bien. Il était rigolo, constamment dans la lune, et puis il comparait Nanami à son chien, ce qui m'a fait très plaisir dans mon petit coeur. Mais tiens, ajoutons lui une double personnalité, ça sera tout de suite plus cool ! Et bah non, parce que sa deuxième personnalité est juste horriblement énervante ! Heureusement qu'ils n'en parlent que durant un épisode, sinon je crois que je n'aurais pas pu tenir le choc, sous un tel amas de kk.

4. Hijirikawa Masato


En fait, si je le mets en quatrième c'est parce que... Ouais en fait non, je m'en fous d'Hijirikawa. TOUT LE MONDE se fout d'Hijirikawa.
Et puis, cette coupe de cheveux quoi.

3. Ichinose Tokiya


Je ne ressens pas d'aversion totale pour lui. Il est plutôt sympa. Même s'il est un peu trop en mode "chuis tro d4rk" et qu'il prend un peu les gens pour des cons (bon, ils le sont, mais c'est pas une raison quand même !). Il est doublé par Miyano Mamoru, ce qui est certainement un facteur très important. D'accord, c'est le seul facteur important en fait.

2. Kurushu Shô


Il est sympa, et très très très japonais. Il a des yeux flippants aussi. Mais on s'en fout. Il est attachant, et je l'aime vraiment beaucoup, malgré son vernis que je ne cautionne pas (pourquoi lui quoi D:). Et c'est le même doubleur que Katsuragi, alors fuck yeah.

1. Ittoki Otoya


Otoya, sache tu es choupinou, que j'ai un faible pour les cheveux d'une couleur pas naturelle (coucou Garry) et que en fait je t'aime beaucoup. Il est l'ami qu'on voudrait tous avoir : joyeux, gentil, et il joue de la guitare. Alors même si je suis la seule, je préfère les gentils moi, na.

Du côté des autres personnages, à part cette Nanami que je voudrais bien tuer, ils sont globalement cools. Surtout le staff de l'école, trop fabulous pour être vrai.

Maintenant, venons saluer la technique.

Je dois bien avouer que les graphismes sont vachement jolis (sauf le chara-design de Nanami foiré, bien sûr) et par rapport au jeu original, c'est vraiment carrément beau. Et les couleurs sont tip top, en plus l'animation est fluide, alors yay !

Openingu ~~


kk spotted. Pour un anime qui parle de musique, je m'attendais à plus de qualité pour ce qui est supposé nous accrocher. Et bah non, on a une chanson soublimissima toute pourrie avec des images pourrie et une héroïne pourrie.

Endingu ~~




MON DIEU. QUE C'EST ADDICTIF. C'était le meilleur moment de tous les épisodes ! Je le connais par coeur, et c'est même pas une blague. Même que parfois je fais la danse avec eux. Musicalement, on est loin du oh la la c'est tellement cool, mais c'est prenant.

Pour résumer, Uta No Prince-Sama est un peu tout pourri. Après, si tu as besoin de te moquer de quelque chose, c'est parfait, donc vaut mieux le garder dans un coin juste au cas où (c'est pour le travail).



30 Days Soul Eater Challenge - Day 4

Day 4: Your Least Favorite Teen Weapon

Là, j'ai pas hésité une seconde.




Liz. Pourquoi Liz ? Là, c'est pas encore une histoire que je ne l'aime vraiment pas (cette phrase est extrêmement bizarre), juste que par rapport aux autres elle ne fait clairement pas le poids. Tsubaki et Soul sont trop cools, et parmi les soeurs Thompson, je me suis rendue compte que Patty était géniale. Ce qui nous laisse Liz, faut pas oublier qu'elle m'énerve de temps à autre aussi. Même si les phases où elle flippe sont vachement marrantes ^^
Et puis, j'ai aussi un peu peur qu'elle finisse avec Kid alors qu'il doit finir forcément avec... ( on y viendra au Day 15 huhu). Ce sont mes seules raisons, aussi débiles soient-elles.

vendredi 14 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 3

Day 3: Your Favorite Teen Weapon

J'ai bien hésité cette fois-ci ! Mais finalement c'est l'histoire qui emporte sur la classe intersidérale, donc...

Gnuhuuuu >w<

C'est surtout parce que le passage des camélias m'a vraiment marquée. Je m'attendais vraiment à un rôle de débile aux gros seins constamment à poil pour attirer le public masculin. Finalement, Tsubaki en plus d'être, avouons-le, plutôt bien foutue, a vraiment une personnalité attachante. Son histoire familiale est vraiment jolie, et à défaut d'être top mammouth, elle n'en reste pas moins géniale. (j'en reviens pas que c'est elle la plus perverse finalement... cf. l'arc des 7 pêchés capitaux) Bref, Tsubaki, c'est le bien, et en plus elle évolue bien dans le cours de l'histoire sans que ça fasse tâche. Youpi youpi.

jeudi 13 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 2


Day 2: Your Least Favorite Teen Meister

Là aussi, c'est assez simple.



Ce n'est pas que je la déteste ou quoi que ce soit. C'est juste que c'est celle que j'apprécie le moins dans le tas. Et que le rôle de pseudo-héroïne me pompe un peu, c'est comme si on voulait nous rappeler toutes les 5 secondes que "Hé ! C'est elle qui va gagner à la fin !". Ouiiii. Il y a quand même quelques moments où elle a la classe (particulièrement dans Soul Eater Not). Soul y est pour beaucoup j'avoue. Mais bon, il porte quand même le nom de la série (ou l'inverse), on nous aurait pas fait un geek boutonneux.

Et honnêtement, j'ai un problème avec la coiffure de Maka. Ses couettes ne bougent presque pas ! Elle a collé ses cheveux ensemble pour qu'ils aillent juste de droite à gauche et d'en avant en arrière ? C'est un peu radical comme solution.

Et puis, ses yeux me perturbent, voilà c'est dit, maintenant vous savez tout !

mercredi 12 juin 2013

30 Days Soul Eater Challenge - Day 1

Hé bah voilà, grâce à Mam'zelle , me voici dans le monde impitoyable (euh ?) des 30 Days challenges.  Et le choix du thème était aussi simple que de dire "bonjour" à une bouteille d'eau. Donc, c'est parti pour un retour dans l'univers de Soul Eater, yay.

Day 1: Your Favorite Teen Meister

Je crois que c'est un des choix les plus simples de ma vie. 

Je. >w<
C'te question. Sérieusement, jamais je n'aurai pu choisir quelqu'un d'autre. Y en a beaucoup d'autres que j'aime, mais Kid a ce truc. Et puis, c'est un Dieu merde ! 

Et enfin, on ne nous sert pas un personnage parfait à la Maka (m'enfin, ça on y reviendra après). Kid a ses faiblesses (facilement en proie à la Folie, monomaniaque, stressé), il est super fort au combat, et quand il veut il peut être carrément badass (spécialement dans les derniers tomes du manga). Je ne cache pas qu'il lui arrive d'être énervant, mais je m'en fous, parce qu'en plus il est drôle. 

L'air de rien, il a aussi des doubleurs excellents. Et puis, les trois bandes blanches, ça lui donne un petit style #SBAFF

samedi 8 juin 2013

Kaleb T1 de Myra Eljundir

Résumé pas forcément Nayiesque :

A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : 
il se connecte à vos émotions pour vous manipuler.
Il vous connait mieux que vous-mêmes.
Et cela le rend irrésistible.
Terriblement dangereux.
Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer.
À la folie, à la mort.

Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé.
Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise.
Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus.
Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule...
Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


L'avis tout à fait Nayiesque :

Allez, The Birthday Massacre dans les oreilles, livre à côté de soi ; c'est parti pour un avis sur Kaleb. Parce qu'une fois n'est pas coutume, il va y avoir beaucoup de choses à dire. Girafe. C'était pour vérifier si vous étiez attentifs.

Comme beaucoup (trop ?) de livres, Kaleb me tentait horriblement (je parle bien du livre, pas du personnage. Ca, on y reviendra après ^^). Donc dés que je l'ai reçu, je me suis plongée dans ma lecture. Malheureusement, un EXAMEN SAUVAGE lance révisions ! VITESSE DE LECTURE est empoisonnée !  du coup je n'ai pas pu progresser très rapidement dans ma lecture. Et attention, grosse révélation mesdames et messieurs. J'ai aimé un livre également apprécié par Mam'zelle Amandine . Ce qui n'arrive que quand c'est la pleine lune, les planètes parfaitement alignées, et qu'une vierge est égorgée durant une année bissextile, je tiens à le rappeler. 

Qu'est-ce-qui m'a attiré dans ce livre ? TOUT.
Le fait que le héros soit badass, qu'il soit déconseillé aux âmes sensibles et... D'accord, au début, je n'avais aucune autre raison de l'acheter, ça ne tient vraiment à rien. Mais maintenant j'ai plein de raisons pour que vous, oui, toi, la face pleine de boutons, veule acheter ce livre. 

Alors, en premier lieu, je n'avais pu retenir qu'une chose : putain, ce héros est effectivement badass et en plus il a l'air pas mal égoïste. Mais ça me plait.

L'histoire se divise donc en cinq parties.

La première fait vraiment office de présentation. On plante le décor, on nous présente Kaleb et son entourage ainsi qu'un semblant d'histoire et de psychologie. Grosse ambiance dans les chaumières toi même tu sais ma gueule. 

La deuxième, c'est la découverte du don de Kaleb. On sent qu'il est un peu perdu, et ce côté humain fait du bien. On découvre aussi l'existence des EDV, et de l'autre côté on suit le colonel et son assistante, où on explore vraiment un côté insensible de l'histoire.

Troisième partie, début de l'explication de l'histoire de Mary Ann et de David et de la perte de contrôle de Kaleb. 

Puis, tout se déroule révélation sur révélation. C'est vraiment bien foutu ^^
Je viens de me rendre compte que je n'ai pas tant de choses à dire que ça sur l'histoire en elle-même. Malheureusement votre calvaire n'est pas fini. Car s'il y a un truc qui me vient en tête instantanément en pensant à Kaleb, c'est bien INCESTE RULES. Mais je m'égare.

Ce qui suit est un spoil. Surlignez pour voir.

Le gars est amoureux de sa soeur, ça encore on peut comprendre (pfiouu, ça se voit que je regarde beaucoup d'animes), mais n'oublions pas que le gars rêve toutes les nuits de faire l'amour avec... Sa tante. Certes il ne le sait pas, mais ça reste quand même un petit peu glauquounet.

Ceci est la fin du spoil.

Sinon, dans l'ensemble, l'histoire est cool, sans moment de flottement particulier, rapide, rythmée. Le style d'écriture est incroyablement prenant. Mais on n'a pas encore abordé les personnages dis donc ! 

Celui qui donne son nom au livre ne s'appelle pas Marc-Edouard mais bien Kaleb (paraît que ça se dit "Raleb", mais en fait je le ferai jamais). Je pense que l'on peut le qualifier de beau brun ténébreux, non ? Mais figurez-vous que je le supporte et même que je l'aime bien ! Miracle. Evidemment, il m'énerve quand même à certains moments, mais on a déjà bien progressé vers la sortie de ma Beaubrunténébrositopopophobia. A propos de lui ? Il est étrangement attachant même si c'est un peu un connard sur le bords, il est bien développé intelligemment, et comme c'est subtilement indiqué au dessus, il est badass, sans jamais tomber dans le trop néanmoins.

Pour ce qui est de Lucille elle m'a tellement énervée que j'aurais pu la manger sans AUCUNE scrupule.

Sinon, je n'irai pas jusqu'à dire que j'aimais bien le colonel, d'ailleurs ce n'était pas le cas, mais il est parfait dans son rôle de gros méchant et surtout crédible. Il ne se contente pas de dire "Gnahahaha, ji vais tuer lé héros pirce qué ci lé héros" (tous les bons méchants pourris ont un accent de merde), ses motivations sont clairement expliquées.

A part ça, pas beaucoup de personnages ne sont mis en avant, même si j'aimais bien Robin pour une raison qui m'échappe totalement x)

Ah oui, au fait, fun fact ni fun ni fact, sur Mary Ann je collais la tête de Mary dans Ib ^^


Mary au début du jeu...
... Et à la fin...

En résumé, malgré quelques détails dérangeants et des révélations plutôt prévisibles parfois, Kaleb reste un livre très agréable que je ne pouvais pas lâcher et que je ne peux que vous recommander !