mercredi 31 octobre 2012

Anime : Acchi Kocchi


Résumé pas forcément Nayiesque :

L'histoire est centrée sur deux camarades de classe : Tsumiki et Io, ainsi que sur leur quotidien accompagné des drôles d'énergumènes que sont HimeMayoi et Sakaki.
Tandis que la jeune Tsumiki semble insensible, Io lui est insociable. Pourtant, un lien d'amitié va les unir...


L'avis tout à fait Nayiesque :


Acchi Kocchi n'est pas comme tous les petits animes de douze ou treize épisodes que je regarde : pour une raison qui m'échappe, celui là m'est bien resté en mémoire. Peut-être est-ce parce que... J'ai adoré ?


On a tendance à le considérer comme une pâle copie de Lucky Star - j'avoue que le design de Tsumiki est plus proche de Konata qu'il ne le faudrait - mais c'est tout autre chose. C'est proposé sous le même format, avec de 'petites histoires" sans rapport les uns avec les autres. Mais c'est terriblement attachant. 


Au fait, j'ai connu en cherchant justement un anime du même genre que Lucky Star. Voilà, c'est tout ce qu'il y à a dire sur ce point.


J'ai franchement adoré. L'histoire ? Elle n'existe pas. Le chara-design ? Trop identique à une autre série que je commence à avoir trop citée.  Mais pourquoi alors ? Pour tout. L'ensemble, l'humour, la petite innovation qu'on nous offre l'air de rien. Je ne sais pas vous, mais je n'avais jamais vu de tsundere timide - et adorable - à ce point ! C'est un plaisir à regarder, j'ai rarement autant rigolé. Ca passe tout seul, en une ou deux journées c'est fini... A la fin, j'étais quand même déçue que ça ce soit terminé aussi vite ! Je prie pour une saison deux, mais rien n'est moins sûr...  En tous cas, si elle a lieu d'être, je la regarderai avec plaisir ! Bref, c'est un très bon anime, même si l'avis est loin d'être partagé partout où je vais. Mais soit. 


Ce qui fait aussi de cet anime un bon anime, ce sont ses personnages. Démonstration en pas images.

(N'importe quelle personne censée me dirait que cette transition était pourrie. Je suis d'accord.)

Le personnage principal est l'adorable Tsumiki. En plus d'être carrément mignonne et d'avoir un caractère qui va avec, les moments où elle est en mode "chat" sont carrément hilarants ! J'ai adoré ce petit personnage plus que mignon ( en gros, je l'ai trouvée très mignonne, faut pas aller plus loin.). Elle a une voix toute petite aussi, c'est mimi. C'est certainement la plus calme de la bande de tarés qui servent de héros, ça a peut-être eu une légère influence.


Ensuite, nous avons Sakaki. Faut avouer que je ne l'ai pas spécialement aimé, mais je ne l'ai pas détesté non plus. J'étais morte de rire avec sa tête "Je me vengerais au White Day !". 


Hime, ou Himecchi est une personne visiblement ne sachant pas retenir les flots de sang coulant de son nez parce que saigner du nez tout le temps comme ça, ce n'est pas normal. En dehors de ce petit détail extrêmement étrange, qui ne m'a pas non plus déplu, je l'ai bien aimé. Elle est très naïve, mais naïve-marrante, alors ça allait ^^


Mayoi m'a fait, à plusieurs reprises, éclater de rire. Que ce soit lorsqu'elle parle de ses plans diaboliques avec ou contre Sakaki - déjà que j'adore sa voix ! - ou quand elle lâche une phrase pas du tout adaptée à la situation - ce qui lui vaut la plupart du temps un coup de poing de Tsumiki, je l'ai adorée ! 


Et passant à mon coup de coeur, Io ! Ce n'est pas forcément pour le personnage que je l'ai adoré en fait, c'est plutôt... Enfin, ce petit gif montre à la perfection mes états d'âme en le voyant. Attention, je vais les expliquer un à un, parce que sur le gif ( provenant de la série bien sûr ^^) ça va plutôt rapidement.


1 => Huhuhu, il est plutôt mignon ce perso.

2 => Mais tu as ouvert la bouche, pourquoi aucun son n'en sort ?
3 => OMG LA VOIX !


(Non, je n'ai pas réellement saigné du nez, mais j'en étais pas loin. )

Merci, m'sieur Okamoto Nobuhiko d'avoir une si belle voix. J'ai bien envie de regarder d'autres animes où il prête sa voix à un personnage.


Revenons à Io. Il est génial. Est-ce possible d'être plus classe que ça - je ne compte pas les personnages de Soul eater là dedans ? Je ne crois pas. Mais la voix y est pour beaucoup... 'Fin, voilà.


Un coup de coeur pour moi, 20/20 !


Tu cherches un anime du même genre ? Lucky Star, dans un genre un peu plus Otaku devrait te convenir.


Le prochain sur ma liste est K-on !



lundi 29 octobre 2012

Blog de Jean-Philippe Blondel


Résumé pas forcément Nayiesque :

Un adolescent décide du jour au lendemain de ne plus adresser la parole à son père. En effet, le jeune homme s'est aperçu qu'il se rend régulièrement sur son blog. Qu'il a lu ses secrets les plus intimes. Et qu'il vit cela comme une terrible trahison. Cependant, le père souffre de ce brusque rejet, et finit par faire un cadeau à son fils. Un cadeau, lui aussi, très personnel. Et qui devrait effacer l'ardoise...

L'avis tout à fait Nayiesque :


Ce livre, je n'aurais jamais pensé le lire. Tout simplement parce que je ne voulais pas le commander, mais je le voulais. Les chances pour que le retrouve dans l'une des deux librairies où je me rends couramment étaient infimes. Et puis, je l'ai vu, d'ailleurs j'ai eu du mal car il est vraiment petit - cent-vingt pages, tout au plus - dans un compartiment quasiment vide. Je me suis littéralement jetée dessus. Je l'ai attrapé, et je ne l'ai plus lâché. La partie embarrassante de l'histoire est que quelqu'un m'avait vue et que ce n'était pas franchement une situation me mettant à mon avantage, mais là n'est pas le sujet.

J'ai du mal à en parler sérieusement, ici. Je ne sais pas, il ne se passe pas grand-chose. Ce n'est pas de l'action à proprement parler. Mais c'est super beau. Ça faisait longtemps que je n'avais pas ressenti ça en lisant un livre. Il est vraiment beau, l'histoire est bien construite. Lorsque tu le lis, tu es coupé du monde extérieur. Il est aussi vraiment bien écrit ; j'ai vraiment adoré. Je n'arrive pas à en parler objectivement, se fier à mon avis n'est pas la meilleure idée - parce que franchement, à voir ce que pensent les autres des livres que j'aime... - qui soit. Mais si je devais en conseiller un, ce serait celui-là. En plus, il est vite lu : 114 pages, en une heure c'est terminé. Ce serait idiot de passer à côté de ça, non ? Donner une heure de son temps pour le lire, c'est vraiment peu pour une petite perle comme celle-ci. Oui, je fais ma chieuse (pour changer) mais quand j'aime il faut que je vois si je suis la seule à le penser et s'il faut que je redescende sur terre. Mais il est génial, lisez-le, encore et encore si vous le pouvez. C'est une merveille.
J'ai même failli verser ma larme. Pas parce qu'il y a un moment ou un autre plus beau qu'un autre, mais plutôt pour l'ensemble. Un ensemble tellement beau.

Maintenant, faisons un rapide passage sur les personnages.

Parlons du héros, Raphaël. En réalité, il ne s'appelle pas comme ça, c'est une des particularités du roman : le narrateur est anonyme. Du coup, j'ai décidé de lui donner un nom, et je trouvais que "Raphaël" lui allait bien. Raph est un gars qui a une vision de ce qui l'entoure très juste. Et surtout, il écrit merveilleusement bien. Sans en faire trop, non plus, mais pour ceux qui ont lu mon avis de quatre kilomètres de long sur "Et si c'était vrai" de Marc Levy, ils sauront que les gens qui écrivent en faisant trop de manières et en lâchant une métaphore toutes les trois secondes, ça m'énerve royalement. Bref, coupons court sur cette phrase digne d'une rageuse voulant remuer le couteau dans la plaie de ceux qui aime. J'ai adoré ce personnage.

Du côté des autres, j'ai envie de dire que l'on ne peut pas vraiment s'y attacher. Excepté le père, peut-être. En fait, les personnages que nous croisons au long de l'histoire sont tous importants. On ne peut pas les détester, pour moi.

Au fait, ça va peut-être vous surprendre, mais ce qui m'a convaincu de l'acheter, alors que ça faisait des mois que je le cherchais après avoir lu le résumé, c'est la première page. Mais rassurez-vous, le reste du livre est bien différent. En voyant la première phrase on pourrait craindre un livre de rageux qui ruminera sur ça tout le temps sans voir plus loin que le bout de son nez, mais non. Alors, ruez-vous dessus. Il est génial.

Je donne la note de 20 souvenirs sur 20 ! Hé oui, rien que ça.

Le point positif : Je pense qu'il n'y en a pas un en particulier, c'est le tout qui fait que ça fonctionne. Mais si je devais en trouver un, je dirais peut-être le héros.
Le point négatif : Je dois vraiment en trouver un ?

Tu cherches un livre du même genre ? Les autres livres de l'auteur devraient sûrement répondre à tes attentes.

Le prochain livre à être chroniqué sera "La fille qui ne croyait pas aux miracles" !

dimanche 28 octobre 2012

Anime : Soul Eater


Scènes pouvant être choquantes en matière de violence ou de fan-service

Résumé pas forcément Nayiesque :

Plusieurs jeunes élèves de l'école Shibusen apprennent à devenir des Meisters. Cette école a été fondée par maître Shinigami (le Dieu de la mort) dans le but de former des jeunes meisters avec leurs armes démoniaques, pouvant prendre forme humaine, à faucher des âmes ; et également, d'éviter que le Grand Dévoreur, qui a failli engloutir le monde dans le désespoir et la folie, ne puisse renaître de nouveau. Le but des meisters est de faire avaler 99 âmes humaines corrompues et 1 âme de sorcière à leurs armes, afin d'avoir accès au rang de Death Scythe. Tout serait bien si c'était aussi simple, malheureusement de nombreux obstacles barreront la route des protagonistes.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je viens de le terminer, il y a dix minutes à peine, et je suis encore troublée par la fin. Ce dernier épisode était plus que grandiose, je suis bluffée. Même si de nombreux fans ont trouvés la fin ratée, je l'ai personnellement trouvée parfaite. 

J'en suis arrivée à regarder Soul Eater grâce à la minute manga, une émission de Ankama. J'ai commencé par lire le manga, que j'ai adoré, - j'attends Noël pour tous les demander ^^ - puis je me suis mise à l'anime. Ce n'est pas plus compliqué que ça.

Ce n'est pas forcément un anime pour tous publics. Pas seulement parce qu'on voit de temps à autre un peu de sang ou une ou deux filles nues (en fait, c'est tout le temps Blair... Et de temps à autre Tsubaki.), mais aussi parce que les réflexions faites par certains personnages ne sont pas forcément anodines. Au départ, Soul Eater part pour un anime drôle avec sa bonne dose de baston. Je ne dis pas que ce n'est pas mon genre - l'idée d'en voir un ne me rebute pas. Mais au fur et à mesure, l'histoire s'étoffe, une véritable intrigue s'ajoute au principe déjà peu commun. Un univers très noir qui me convient à merveille, un peu sombre, un environnement assez spécial. Des scènes de combats aussi bien faites que surprenantes - personne ne dira qu'il s'attendait à voir Shinigami-sama comme ça ! Malgré l'univers aussi bien fait que spécial, on ne se perd pas une seconde dans les explications et on comprend ce qu'il se passe. A partir du moment où l'on commence à voir les côtés plus sombres des personnages, j'ai adoré. Je ne pouvais plus lâcher l'anime des yeux une seule seconde. Lorsque Soul commence à faire ses rêves étranges, je me posais vraiment des questions. Lorsque la folie est devenue presque le centre de quelques épisodes et qu'elle restait toujours présente, qu'elle est devenue la Folie plutôt qu'une petite folie, je me demandais qui sombrerais dedans. Bien sûr, Stein me semblait le plus apte à se laisser envahir par la Folie... En effet, présente en chacun de nous. J'ai vraiment adoré, du début jusqu'à la fin ! 

Pour les personnages, il y en a beaucoup dont j'aimerais vous parler, donc, accrochez-vous.

Le premier personnage que l'on nous présente est Maka Albarn, meister en faux. Je dois avouer qu'au début je ne l'aimais pas beaucoup. Et puis, le personnage s'est étoffé, elle a montré à plusieurs reprises qu'elle était capable de plus que de donner quelques coups de faux et abattre un livre sur la tête de ceux la dérangeant. J'ai appris à l'apprécier au fur et à mesure, et je pense pouvoir dire qu'elle a une évolution vraiment surprenante. Que j'ai beaucoup aimée.

Soul ne me semblait pas bien complexe aussi à la base. Mais dés l'apparition du sang noir, j'ai été conquise par son côté sombre et l'air étrange de cette pièce dans son âme... Aussi, lorsqu'il commence à jouer du piano, j'ai adoré... Un personnage très intéressant !

Black Star est bien le seul qui n'a pas changé. Mais j'ai quand même réussi à l'adorer. Au premier abord, il semble être juste arrogant et en fait... Bon, en fait, il l'est vraiment, ce n'est un secret pour personne. Mais je l'ai adoré quand même. Maintenant, je pense pouvoir dire qu'il a dépassé Dieu. En tous cas, pour moi. Vive lui !

J'ignore pourquoi j'aime autant Tsubaki. Peut-être avec cette fleur de camélia, encore tout au début, quand elle se bat avec son frère. Quand elle montre qui elle est. Cette partie, je l'ai trouvée très touchante, d'ailleurs.

Du côté des soeurs Thompson, j'ai une petite préférence pour Patty, elle m'a bien fait rire x) Même si Liz est sympathique avec sa peur panique des fantômes.

Comment parler de Soul Eater sans parler de Death The Kid ? De tous les mangas que j'ai lu, jamais je n'ai autant aimé un personnage. Il est juste trop classe. De plus, il a quand même un petit côté sombre, pour côtoyer son côté "perfectionniste à outrance". Mais en même temps, Symmetry is everything.

Deux autres personnages sont importants pour moi (bien sûr, j'en adore d'autres, comme Stein, Spirit ou même Medusa)

Crona. Alors là, je l'ai adorée. Oui, je pense que c'est une fille. J'adore comme elle a été sincère avec Maka... J'ai pleuré pendant l'épisode 45. Alors que en fait... Oui, je n'aurais pas du pleurer, pour faire simple . Elle est "la méchante" au départ, puis devient la personne la plus fidèle à l'amitié qui soit. Je l'adore presque autant que Kid !

Et pour terminer, nous avons Excalibur ! J'ai ri à chacune de ses apparitions, sauf la dernière. Pourquoi ? Ils lui ont changé de voix ! Et il dit Idiot et plus imbécile... J'étais habitué aux "imbéciles", moi... Enfin, tant pis. Pendant l'épisode 17, j'ai vraiment beaucoup ri ! 

Je pense que c'est clair : je suis fan ! Je me vois obligée de donner 20/20 !

Tu cherches un anime du même genre ? Je ne sais pas s'il est bien adapté ou déjà disponible, mais Blood Lad est parfait pour toi.


Anime : Toradora !



Résumé pas forcément Nayiesque :

Ryuuji Takasu est un lycéen normal qui vit seul avec sa mère, il vient de rentrer en seconde année de lycée. Il aimerait être un simple lycéen ordinaire, mais il est doté d’un défaut : ses yeux intimidants. À cause de son air patibulaire, des rumeurs stupides n’arrêtent pas de circuler sur lui, notamment le fait qu’il frapperait quiconque oserait le bousculer et qu’il serait prêt à tuer, alors que c'est un jeune homme sensible tout ce qu’il y a de plus recommandable... À cause de ça, il rencontre des difficultés énormes à se faire des amis, et le plus lourd à supporter étant bien entendu l’absence de relation amoureuse. Par chance, il se trouve dans la même classe que son meilleur ami Yūsaku Kitamura, et son coup de cœur la jolie Minori Kushieda… Joie de courte durée puisqu’il va littéralement tomber sur la tsundere locale, Taiga Aisaka (surnommée le tigre de poche à cause de sa petite taille). Il va notamment découvrir que Taiga est amoureuse de son meilleur ami Yusaku Kitamura. C’est alors le début d’une relation sulfureuse entre ces deux-là, entre cette tsundere qui profitera de lui et en fera son homme de ménage et accessoirement un punching-ball, mais le garde près de lui afin de se rapprocher de Kitamura, tandis que Ryuji espère en faire de même avec l'énergique et non moins étrange Kushieda. Mais à force de s'entre-aider Ryuuji et Taiga ne risquent-ils pas de se rapprocher l'un de l'autre ?

L'avis tout à fait Nayiesque :

J'avais hâte de parler de cet anime. Tout simplement parce qu'il s'agit de mon shojo préféré ! Je l'apprécie vraiment beaucoup. Surtout parce que le dernier épisode est grandiose et croooo mignon *w*

Je l'ai connu en me baladant un peu sur internet. Je sais plus où exactement, mais bon. En tous les cas, il me tentait, j'ai donc eu l'idée incongrue de le regarder. Ce que je ne regrette pas du tout et que je ne regretterai jamais !

A propos de cet anime, je n'arrive même pas à trouver un point négatif ! Il est drôle, mais à certains moments il arrive à être touchant. D'ailleurs, je crois avoir versé une larme à un moment. Je ne dis pas lequel pour ne pas spoiler parce le spoil, c'est le mal, mais je pense ne pas avoir été la seule. Ou alors je ne suis vraiment qu'une pure cinglée. Il est super beau. Du début à la fin, il n'y a pas une seconde où l'on s'ennuie, c'est génial. Et la façon dont évoluent les relations entre les différents personnages, sont, parfois surprenantes, parfois non, mais menées à la perfection. On alterne entre épisodes là juste pour le fun et d'autres importants pour l'histoire. Entre moments tristes et joyeux. J'adore vraiment cet anime, je ne sais pas comment le dire autrement ! Ce n'est pas de la romance qu'on nous sert avec de légères différences tous les mois. On pourrait le croire, mais Toradora, c'est tellement plus que ça. C'est de la comédie, mais en même temps c'est autre chose. On ne pourrait pas lui donner un genre, mais c'est tellement bien !

Du côté des personnages, ils sont pour le moins nombreux, donc je vais parler des cinq personnes les plus marquantes.

Ryuji est un personnage assez spécial, mais quand il s'y met il peut être vraiment adorable. Témoin l'épisode de Noël où il se déguise en ours juste pour que Taiga soit heureuse. Je l'ai bien aimé, surtout à ce moment-là.  C'est génial ce qu'il peut être le contraire de ce qu'on pense qu'il est en voyant son allure.

Kitamura, lui, est à sa manière assez blessant. Lorsque, dans les tous premiers épisodes, Taiga lui avoue ses sentiments, la manière dont il réagit n'est pas violente ou quoi que ce soit, mais c'est le genre de choses qui peut vraiment blesser. Lors de la scène avec la présidente aussi. M'enfin, je ne l'ai pas trop aimé.

En revanche, j'ai a-do-ré Taiga. D'habitude, je n'aime pas trop les tsundere, mais là elle m'a bien plu. En plus, elle est toute mimi - même si je risquerais de me prendre un coup de pied de sa part en disant ça... Elle a un caractère bien à elle que j'ai aimé aussi. La partie avec son père, c'est là que j'ai commencé à la trouver intéressante si ma mémoire est bonne. Elle est géniale.

Minorin est mignonne au départ. Pour moi, elle était juste ça. Et plus l'histoire progressait, plus elle devenait différente. J'ai fini par l'adorer. Lors des derniers épisodes, elle était juste géniale.

Je ne sais pas trop quoi dire sur Ami. Je ne l'ai pas vraiment aimé, en fait. Je n'ai pas de problème avec les double personnalités, mais je n'aimais pas la détester, comme il le faudrait... Donc, elle je ne l'ai pas aimé. 

Mais ce n'est pas ça qui va m'empêcher de donner un 20/20.

J'ai adoréééé ! Je vous conseille de le regarder à tous.

Aimer cet anime t'as procuré un profond bien être ? Pour le retrouver, S.A. Special a class (c'est ça le nom ?) pourra peut-être te convenir. Perso, je ne l'ai pas encore vu.



Anime : Seitokai Yakuindomo

Humour pouvant offenser, choquer ou gonfler royalement certains.

Résumé pas forcément Nayiesque :

Takatoshi Tsuda est un nouvel étudiant dans le lycée Ousaï, étant à proximité de son domicile. Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'il est le seul et premier garçon à entrer dans ce lycée, qui était auparavant un lycée pour fille. Quand soudain, trois filles lui demande de rejoindre le conseil des étudiants en tant que vice-président du comité des élèves.

Ainsi commence la vie lycéenne de Takatoshi, le seul garçon de son environnement entouré de filles.


L'avis tout à fait Nayiesque :

Je ne pensais pas rire autant ! Ca prouve que j'ai bien un esprit tordu quand même... En même temps, ce n'est un secret pour personne.

C'est complètement par hasard que je l'ai découvert, mais je ne le regrette pas ! Il se regarde très rapidement, c'est une petite série de 13 épisodes, rien de très grand. Je n'ai rien à rajouter sur ce point-là, donc passons. 

Ce que j'en ai pensé ? Bon, et bien, c'est très drôle. Aucune intrigue dans celui-là ou très peu, mais un humour qui fait bien rire les débiles dans mon genre, et certainement les pervers aussi. Evidemment, il y avait quelques blagues que j'ai trouvées un peu trop faciles voir pas marrantes, mais on ne peut pas être parfait. On voit des choses se développer entre les personnages assez évidentes ( personne ne me fera croire qu'il ne se passe rien entre Tsuda et Shino !) qui rajoute un petit côté sympathique à l'histoire. Je pense que je ne suis pas la seule à me rappeler de certains passages très drôles quelques mois après l'avoir vu, comme lorsque Suzu parle anglais. De ce côté, je n'ai pas grand chose à rajouter du côté d'une possible intrigue étant donné qu'il n'y en a aucune, mais ça reste très drôle et plaisant à regarder. On peut presque débrancher son cerveau en regardant - je dis ça dans le bon sens du terme, même si lorsqu'on dit ça comme ça on ne pense qu'au mauvais côté. Quand, dans mes vieux jours, avec mon chat de couleur Noir que j'aurais appelé Caramel parce que je serai toujours un peu bête sur les genoux, je me rappellerai de l'époque où je regardais Seitokai Yakuindomo - bien que ce soit très peu probable ; ça ne m'a pas "marqué" ou quoi que ce soit de ce style - il n'y aura sûrement que d'une chose dont je me rappelerai : c'était de bons moments de rigolades. Plus tard, je ne le dirai sûrement plus comme ça, mais c'est pas grave.

Du côté des personnages, je vais me contenter du quatuor principal tout comme pour Lucky Star.

Débutons avec Tsuda, le pauvre Tsuda entouré de filles aussi bizarres que perverses ( exceptée une. Et encore, c'est en comparaison avec les autres. ). J'ai envie de dire que... Il n'est pas très important dans l'histoire. C'est censé être le personnage principal, il est le centre de l'histoire, mais il n'est pas celui dont on se rappelle en premier. Malgré tout, il est indispensable dans le cadre de l'anime, parce que dans la vie de tous les jours il ne se rend vraiment pas utile auprès des autres...

Puis, Shino, la présidente du conseil des élèves. Lors de sa première apparition au tout début du premier épisode, elle me faisait vraiment penser à Misaki Ayuzawa (Maid Sama). Il est évident par la suite qu'elle n'a plus aucun rapport avec Misa (si l'on exclue le physique. De ce côté, elles se ressemblent vraiment beaucoup.). Sinon, c'est une personne un peu spéciale, mais je l'ai bien aimée.

Je pensais, au départ, qu'Aria serait la plus perverse. En réalité, la présidente et la prof la dépasse de beaucoup. Elle est un peu bête, mais c'est ce qui fait son charme je suppose. En tous cas, je l'ai bien aimé. Elle était plutôt marrante. 

Mon personnage préféré était Suzu. C'était un personnage très original. J'aimais bien aussi la manière dont on soulignait sa petite taille avec la flèche indiquant où elle est. Je rigolais tout le temps à ces moments-là, pourtant ils étaient très nombreux. C'est la seule qui n'est pas complètement barge, même si elle a des moments dans l'anime qui sont assez spéciaux. J'ai adoré le moment où elle parlait anglais ^^

Une note de 17/20 ! 

Tu as aimé cet anime ? Dans ce cas, Seitokai no Ichizon semble avoir à peu près la même intrigue, peut-être t'y retrouveras tu ?



Anime : Lucky Star


Résumé pas forcément Nayiesque : 

Lucky☆Star s'intéresse aux vies de plusieurs jeunes lycéennes japonaises, donnant une touche d'humour à leurs histoires. L'héroïne principale est Konata Izumi, une jeune fille sportive et intelligente qui, malgré ces qualités, ne fait pas partie d'un club sportif et a de mauvaises notes. Sa paresse face au travail à l'école s'explique par son amour pour l'anime et les jeux vidéo au détriment de tout le reste. Le feuilleton commence avec la première année de lycée des quatre personnages principaux : Konata Izumi, Kagami Hiiragi, Tsukasa Hiiragi, et Miyuki Takara. L'intrigue avance, les filles progressant à leurs deuxième et troisième années lycéennes.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Voilà un anime que j'ai adoré regarder ! Même si au départ, ce n'était pas vraiment parti pour que j'adore à ce point-là. Le premier épisode ne m'avait pas vraiment plu... Mais après ça devient vraiment génial. J'ai vraiment adoré, autant le dire tout de suite.

J'en suis arrivée à regarder parce qu'en j'en cherchais un plutôt de style "otaku" et si possible marrant. En cherchant sur Google, tout est possible, j'ai donc trouvé deux ou trois noms : je ne sais pas pourquoi, Lucky Star est le seul que j'ai retenu. Et un jour, je me suis mise à le regarder. Idée extrêmement absurde, je vous l'accorde. Pourquoi regarder un anime que l'on voulait voir ? -.- C'est très insolent. Enfin, j'arrête de raconter n'importe quoi pour gagner du temps et de chanter du Vocaloid (actuellement, c'est "Magnet" ! ^^) à tue-tête en écrivant, c'est pas ça qui va m'aider à avancer. 

Du côté de l'histoire, et bien... Il n'y en a pas vraiment ! Ce qui fait la force de l'anime, c'est plutôt l'humour, les thèmes abordés, les discussions sans fin entre copines et les personnages ! Bien qu'à certains moments, il y a de réels instants qui peuvent être touchants. Par exemple, lorsqu'on voit Kanata, la mère de Konata, revenir sous forme de fantôme et voir les gens qu'elle aime. C'était un bien joli moment, mais heureusement ils se font rare, sinon on commencerait à en avoir marre au bout d'un moment, comme pour tout. Je ne sais même pas parler vraiment de cet anime, qui est vraiment bien... Franchement, il faut le regarder, vous n'allez pas être déçue. A certains épisodes, j'étais en train de pleurer de rire devant mon écran, j'ai tellement adoré !  C'est vraiment très bon, très drôle. Exceptés les quelques premiers épisodes. 

Au passage, les endings sont vraiment hilarants ! Voir Shiraishi danser sur l'opening (Opening que j'ai personnellement adoré : comment ne pas se sentir entraîné par cette chanson géniale ? ) est vraiment drôle. Et entendre Konata chanter est assez... Spécial, disons. J'ai adoré, dans l'épisode six, quand Tsukasa chantait c'était vraiment trop mignon ! Même si Konata a encore gâché l'ensemble... Pour faire simple...

Du côté du personnage, je les ai tous adorés. Ce serait vraiment très long de parler de chacun d'entre eux ; donc j'ai décidé de me concentrer sur le quatuor principal.

Commençons par celle qui me semble la plus évidente, Konata. Elle, je l'ai adorée. C'est impensable de penser qu'une personne comme ça peut se cacher dans un corps aussi enfantin - et dans des cheveux bleus... Oui, je fais une fixette sur les couleurs de cheveux des personnages, mais ce n'est pas normal ! - et petit... Sinon, elle est très marrante. Je ne sais pas si on peut la classer otaku ou geek, mais ce qui est sûr c'est qu' elle est une des deux. Je l'ai beaucoup appréciée dans cet anime ! Je ne vais pas dire que c'est mon personnage préféré de tous les animes que je connaisse parce que ça fait quand même un peu beaucoup, mais je l'adore quand même.

Les jumelles Hiiragi, malgré leurs caractères très différents, je les ai aimées toutes les deux autant l'une que l'autre. Autant Tsukasa est vraiment très mignonne et gentille, autant le côté égoïste et maladroit de Kagami m'a bien plu ! Deux personnages assez mignons dans leur genre.

Miyuki ne m'a pas marqué spécialement, sauf pour sa phrase " C'est assez embarrassant  qui revient vraiment très souvent. Et je suis aussi d'accord avec Konata pour dire que ses attitudes sont pour la plupart très moe. 

J'ai vraiment passé un bon moment avec cet anime, je lui donne la note deeee... 18/20 !

Tu as ri devant cet anime et tu voudrais retrouver un autre capable de te donner les mêmes sensations ? Selon beaucoup, K-on et A-channel devraient te satisfaire.



samedi 27 octobre 2012

Anime : Lovely Complex


Résumé pas forcément Nayiesque :

Risa Koizumi est une fille qui mesure 170 cm, ce qui fait d’elle une personne de grande taille comparé aux autres filles de son école (la taille moyenne d’une japonaise est de 158,6 cm1). Au contraire, Atsushi Ootani  est un garçon qui ne mesure que 156 cm, ce qui ne l’empêche pas de jouer dans un club de basketball.
Ces deux personnages sont référés à un duo d’humoristes, les All Hanshin Kyojin dont un All Hanshin est vraiment petit, et un All Kyojin est vraiment grand. Risa et Ootani sont surnommés de cette façon malgré eux, à cause de leur différence de taille et de leurs chamailleries incessantes. Mais leur taille les empêche de s’épanouir complètement : ils manquent de confiance en eux pour ce qui est des relations avec les personnes du sexe opposé.
Durant les vacances d’été, Risa Koizumi et Atsushi Otani tombent amoureux de deux autres personnages et décident de s’entraider et de s’encourager mutuellement pour vaincre leurs complexes et essayer de séduire les élus de leurs cœurs…
Mais à force de rester aux côtés de Atsushi Ootani, Risa ne commence-t-elle pas à devenir amoureuse de lui ?
L'avis tout à fait Nayiesque :
Lovely Complex est mon tout premier shojo anime. Que dire à propos de lui ? Il se regarde facilement, mais est encore un peu trop lent pour moi. Ce sera juste quelques lignes explicatives cette fois-ci, car en effet, je ne sais pas trop quoi en dire : l'anime a été enlevé de l'endroit où je les regarde avant que je ne puisse voir la fin. Dommage pour cet anime qui me semblait prometteur.
J'ai eu envie de le regarder en voyant une publicité dans un autre manga de Aya Nakahara (Berry Dynamite) pour le manga. Je me suis pourtant tournée vers l'anime, bizarrement. Je ne peux pas en parler, donc. Et je n'ai vraiment pas envie de le revoir pour l'instant, j'en ai déjà plein à regarder;
Pas de note cette fois-ci, donc...

Malgré tout, si vous avez des liens vers les épisodes je suis quand même preneuse ! Merci à vous, les Nayiens ;w;

Anime : Love Hina


Résumé pas forcément Nayiesque :


Keitarō Urashima est un jeune homme de 20 ans qui essaie tant bien que mal d'intégrer la prestigieuse Tōdai, afin de tenir la promesse qu'il a faite à une fille quinze ans plus tôt. Il caresse l'idée de la revoir là-bas ; il a échoué deux fois au concours d'entrée, il ne se souvient plus du prénom de la jeune fille et sait encore moins à quoi elle ressemble !
Mis à la porte par ses parents, Keitarō espère pouvoir être hébergé par sa grand-mère qui possède une auberge traditionnelle : l'Hôtel Hinata. À son arrivée cependant, il ne trouve personne et pense pouvoir prendre un peu de bon temps dans le rotenburo. Il sera malheureusement pris pour un voyeur car depuis son enfance, l'hôtel est devenu une pension pour jeunes filles. Tiré cependant du mauvais pas par sa tante, il commence alors une nouvelle vie comme gérant de la pension...

L'avis tout à fait Nayiesque :
Ce que je ressens à propos de Love Hina est assez confus. Autant à quelques moments j'avais hâte que l'épisode se termine, autant à d'autres je ne voulais plus lâcher des yeux l'anime une seule seconde. J'ai assez aimé, mais il existe pourtant beaucoup mieux. Mais ne nous étendons pas sur mes goûts en matière d'anime et parlons simplement... 
J'ai connu cet anime tout simplement parce que j'ai vu le tome quatorze dans cette librairie où je passe la moitié de ma vie. En passant, j'ai vu la couverture qui m'a spoilé AVANT que je commence l'anime. Je ne pensais pas que c'était possible, et c'est surtout vraiment très bizarre. Quand j'ai commencé, je connaissais déjà la fin. Ça aurait pu en décourager certaines et certaines, mais pas moi. Parce que pour arriver à ce stade, il faut déjà un sacré cheminement.
Comme l'anime va en réalité jusqu'au tome sept, je n'ai toujours aucune idée de comment il est arrivé à ce stade. En parlant de la fin, celle de l'anime m'a laissée la bouche ouverte. C'est une bonne fin, à mon goût. Et beaucoup de gens savent à quel point je suis sensible à la fin. Pour un roman, je le suis aussi à la première phrase. 
J'ai eu envie de regarder parce que la couverture m'avait parlé, donc. 
Ce que j'en ai pensé ? On ne peut pas dire que ce soit vraiment mon style d'humour, mais à quelques moments, j'ai quand même souri. Je crois qu'une fois, j'ai vraiment rigolé. L'histoire est assez bien construite, et suivre la quête de Keitaro était très divertissant. Voir également les moments qui sont un peu "fantastiques" (quand je dis ça on dirait vraiment que je suis une grand-mère qui parle de nouvelles tendances...), je les ai bien aimés aussi. C'est juste que... Ça traînait un peu trop en longueur. C'était un peu trop lent pour moi, qui préfère les progressions d'histoire un peu plus rapide. Ou alors... Il faut que ça bouge ! Mais là ils restent un peu trop longtemps à rester assis. Là, ce n'était pas assez pour moi et ça m'a un peu dérangé. Et même si la fin est vraiment bien, je ne remets pas ça en question, les épisodes la précédant étaient vraiment un peu trop ennuyant. J'ai même failli arrêter, mais à chaque fois il y avait une petite réplique qui me faisait tenir jusqu'à la fin. Parce que je savais que ce n'était pas un mauvais anime et qu'il valait la peine ; le regarder jusqu'au bout était la moindre des choses. En effet, j'aurai regretté si j'avais abandonné avant la fin. 
Pour les personnages ça risque d'être assez long car il y en a un paquet dont j'aimerais parler, donc je vais essayer d'être assez brève sur chacun d'eux.
Pour commencer, nous avons Keitaro, gaffeur, un peu (beaucoup) pervers sur les bords, gentil, un peu niais, qui a le don de se mettre dans des situations pas possibles. C'est étrange, c'est la première fois qu'un personnage principal me marque aussi peu. Ce n'est pas que je ne l'ai pas aimé, mais... Enfin, je ne sais pas, c'est assez bizarre.
Bien sûr il me faudra aussi parler de Naru. Je pense que Naru Narusegawa est le nom qui m'a le plus énervée à dire tout simplement parce que quand j'en parlais les gens pensaient que je bégayais TT Passons ce détail... Je vais tout simplement dire que je ne l'ai pas spécialement aimé. Elle m'a un peu énervée, je pense.
Otohime, elle, est bien différente. Tête en l'air, aussi un peu... Keitaro. Elle lui ressemble beaucoup en beaucoup d'aspects. Je l'ai bien aimé, elle. Elle est très... Spéciale, je crois que c'est ça qui m'a bien plu. En plus sa voix est - enfin... La voix de celle qui la double - vraiment sympa à écouter, même si elle donne l'impression de dormir. Je parle de sa voix japonaise - j'ai trouvé la VF vraiment horrible, même si je ne suis pas une anti - vf si elle est bien faite. 
Kitsune ne m'a pas trop marquée non plus, malheureusement. 
Shinobu est un de mes personnages favoris. Elle est vraiment super mimi ! Toute timide et très gentille. C'est dingue comme Keitaro a l'air classe quand il lui parle à elle. Ou peut-être que c'est juste elle qui a une vision embellie des choses, mais j'ai bien aimé son attitude. Tout ça pour dire que Shinobu est vraiment géniale !
Sû est mon personnage préféré. Elle m'a vraiment fait rire, et en même temps il y a des moments avec elle assez touchants. Sa manie de saluer avec un coup de pied, je devrais faire la même chose, c'est nettement plus sympa que de se dire "salut". Je ne sais pas comment elle réussit à faire des machines pareilles - ni comment elle peut avoir des idées aussi tordues... --" - mais respect.
Motoko, je ne l'ai vraiment pas aimé. Je ne sais pas trop pourquoi, mais elle m'énervait. Je n'ai rien à rajouter sur elle, étant donné que je ne sais pas pourquoi je ne l'aime pas.
C'est à peu près tout... Ah oui, j'ai bien aimé Sarah aussi, elle était marrante.
J'accorde un bon 16/20 à Love Hina !
Tu as aimé Love Hina et tu veux voir un anime du même genre ? Apparemment, Shuffle est parfait pour toi, mais je ne l'ai pas vu ! Fis-toi aux avis des autres, peut-être ?



Anime : Maid Sama


Résumé pas forcément Nayiesque :

Nous voici au lycée de Seika High, établissement de bas étages où les garçons forment 80 % des effectifs. C'est dans cet univers très masculin qu'Ayuzawa Misaki, présidente du conseil des élèves, fait régner une discipline militaire. À force de travail et de détermination, ce petit brin de femme a su s'attirer de tous le respect. Belle, énergique, intelligente, Misaki suscite l'admiration parmi les autres filles, qu'elle ne manque jamais de défendre. En revanche, elle répand une terreur sacrée parmi les garçons, qu'elle tient fort peu en estime. C'est particulièrement le cas de son rival masculin, le très calme et respecté Usui Takumi, qui cristallise tous ses griefs. Éternel premier devant Misaki, Usui provoque en plus des océans de larmes en rejetant sans faiblesse les moults prétendantes qui osent se confesser à lui. Ce quotidien n'est qu'une facette de la vie de Misaki. Issue d'une famille pauvre, elle vit dans une maison délabrée, en compagnie de sa mère malade et de sa petite sœur. Pour subvenir à leurs besoins, elle travaille donc à mi-temps comme maid dans un café. Pour ne pas écorner une réputation chèrement acquise, la jeune présidente tient à garder secrète cette double vie. Aussi craint-elle le pire lorsqu'Usui la surprend à son travail. Mais contre toute attente, le jeune garçon révèle un intérêt pour Misaki, qu'il décide de soutenir. Dans l'ombre de la rivalité va naitre une certaine complicité, et peut-être plus...

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je ne pensais pas parler de Maid Sama en anime, mais en regardant ma liste d'anime et que j'ai vu qu'il n'était qu'un des seuls que j'ai fini, je me suis décidée. 

On commence avec le premier point : comment j'en suis venue à regarder cet anime ?

Une fois encore, c'est très simple. Tout simplement parce que j'avais lu le manga, qui soit dit en passant est mon shojo préféré, et que dans le tome huit presque entièrement dédié à l'adaptation en anime, l'auteur passait son temps à le rappeler. Mais en même temps, on la comprend, ce doit être incroyable de voir son travail récompensé comme ça. J'avoue, ce n'est absolument pas ce dont il est question actuellement. Passons donc au point suivant.

Je n'ai pas spécialement aimé l'histoire. Trop éloignée du manga, trop bâclée. On ne peut pas dire non plus que j'ai détesté, d'ailleurs une petite partie de l'histoire de l'anime vient quand même du manga à la base. Mais bon, moi, quand il y a une adaptation je préfère toujours quand elle est fidèle. Or, ce n'est pas vraiment le cas ici, c'est dommage. De plus, le design des personnages est nettement inférieur à celui des mangas. Même Usui n'est plus aussi mignon ! De ce côté, j'ai été assez déçue.

Mais par contre, du côté des personnages tout est respecté. Nous avons une Misaki combative, forte en toutes les matières, excelle en sport et qui n'ose pas montrer son côté faible, et surtout pas à cet alien pervers d'Usui. Usui, qui, lui, n'est pas parfaitement adapté. Je l'ai trouvé moins attachant que dans le manga. 

Les personnages secondaires, par contre, aucune faute. Yukimura est tout aussi attachant, maladroit et... Féminin malgré lui... Son ami Kanô est aussi sympathique et c'est toujours aussi drôle de voir ses réactions face à sa phobie... LES FILLES ! - c'est un de mes personnages préférés. Sakura, je ne sais pas pourquoi, je ne la voyais pas brune avant d'avoir vu l'anime, mais elle reste quand même toute mignonne et adorable. Shizuko aussi, plutôt bien adaptée, bien que très peu présente. Je me suis mise à vraiment l'apprécier au tome 14 personnellement, donc ça ne m'a pas marqué au moment où je l'ai vu. Et bien sûr, le trio des imbéciles, qui est là en force ! 

Pour cet anime qui ne m'a principalement plu que pour ses personnages, même si j'adore le manga je ne dois que donner 12/20. Je pense que j'aurais vu l'anime en premier j'aurais adoré, mais... Ratéééé !

Tu as aimé cet anime et tu en cherches un dans le même genre ? Parfait ! Je te conseille dans ce cas "Toradora !", et de lire le manga de Maid sama !


Anime : Detroit Metal City


Langage et scènes pouvant choquer 

Je me suis décidée, désormais ce sera un blog semi-littéraire semi-anime ! Même si j'ai tendance à les regarder très lentement, donc il n'y en aura pas beaucoup.

Résumé pas forcément Nayiesque :

Soichi Negishi est un jeune homme timide et doux qui rêve d'une carrière de musicien de pop suedoise. Or, ses rêves ne se réalisent pas comme il le faudrait, de sorte qu'il a fini par devenir le chanteur principal et guitariste d'un groupe de Death Metal appelé "Detroit Metal City". En costume de scène, il est Johannes Krauser II. La rumeur dit qu'il est un démon du terrorisme de l'enfer, qu'il a tué et violé ses parents, et qu'il exerce son pénis géant de la mort (Death Penis) sans retenues (il est accusé de nombreux viols), il sait aussi dire le mot "rape" (viol) dix fois en une seconde. Negishi méprise DMC et tout ce qu'il représente, mais il ne peut s'en détacher car avec lui, il connait la gloire, contrairement quand il essaie de démontrer son talent pour la pop.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je ne sais pas trop par quoi commencer à propos de cet anime, qui est très différent de ce que je regarde d'habitude. Ce n'est pas que je suis particulièrement amour, fleurs, petits coeurs roses et tout ça. 

Commençons par le premier point. Vous remarquerez que je suis en train de chercher ce que je dois écrire. Je ne sais pas trop comment présenter cette critique, mais ça va venir. Faisons un premier point sur "comment je suis arrivée à regarder cet anime".

En fait, c'est assez simple. J'en ai entendu parler, c'était sur le site du Joueur du grenier je crois ! D'ailleurs, c'était un de mes premiers animes. Ah la la, ma période pré-Otaku, des souvenirs assez... Etranges. Comment je pouvais survivre sans mes animes ? Je suis en train de me le demander. Ah oui, je lisais. A cette époque là, encore aucun manga. A ce moment là, j'avais regardé juste quelques épisodes de One Piece, et... C'est tout. Je change vite quand même... Donc, je l'ai découvert sur le site de JDG.

C'est le seul générique d'anime que j'ai jamais chanté en essayant de ne pas hausser la voix. L'opening "Setsunai" est très facile à retenir mais les paroles ne sont pas vraiment celles que les parents ont envie d'entendre sortir de la bouche de leur fille...

Alors, passons au deuxième point... Qu'en ai-je pensé ?

Je ne me souviens plus tout à fait parce que c'était en février, mais j'ai bien aimé. A quelques moments j'étais morte de rire. Oui, c'est un peu dégueu à certains moments, voir tout le temps, voir en fait super dégueu, mais c'est tellement décalé que j'aime bien. L'histoire est l'air de rien bien construite, et les rebondissements pour la plupart inattendus... Et hilarants. La fin était très sympathique également. Je sais que ce n'est un avis ni long ni constructif, mais ça fait un peu trop longtemps pour que je m'en rappelle. Aussi, il est très court. En effet, il ne compte que 12 ou 13 épisodes, je ne m'en souviens plus.

Le dernier point et non le moins important : les personnages.

Negishi, le personnage principal, m'a un peu laissée perplexe. Autant sa double-personnalité, j'adorais sa manière de gérer ça, et son côté Krauser me faisait bien rire aussi... Autant à certains moments j'étais un peu perdu. Il oscillait d'un côté à l'autre. Je ne suis pas la seule à penser qu'il est un peu schizo, j'en suis sûre et certaine. 

Les deux autres membres du groupe... En fait, je ne me rappelle pas particulièrement du bassiste, mais plus du batteur. Je me rappelle qu'à beaucoup des moments où on le voyait, j'étais carrément pliée en deux. Il ne parle presque pas durant l'anime, mais chacun de ses passages est mémorable à mes yeux.

Je me rappelle aussi de leur manager, ou quelque chose dans le genre. Jamais vu un personnage aussi tordue qu'elle ! Je n'étais pas spécialement en train de rire quand elle apparaissait, mais je l'aimais bien quand même.  Aaaah, les tordus....

Je pense qu'il y avait aussi cette fille dont Negishi était amoureux, Yuri je pense. Mais je ne sais plus du tout comment elle était. Mignonne, je suppose, gentille aussi. Il y avait eu pas mal de situations assez étranges entre eux deux, tout de même...

Voilà, comme je ne m'en souviens plus trop, je ne mettrai pas une note très précise, on va donc dire 15/20. Je promets que les autres critiques d'animes seront bien plus complètes que celle-là !

Tu as aimé rire en regardant cet anime ? Je ne sais pas quoi dire... Aucun anime qui aurait la chance de te plaire ne me traverse l'esprit ! Si vous avez des suggestions...

vendredi 26 octobre 2012

Doubt de Yoshiki Tonogai


Scènes sanglantes, ambiance oppressante, faire attention à celui qui le lit.

Résumé pas forcément Nayiesque :

Au départ, Doubt n’est qu’un jeu sur téléphone portable : des lapins doivent démasquer le loup caché parmi eux. Mais, quand un groupe de jeunes joueurs se retrouvent dans un bâtiment à l’abandon et que l’un d’eux est tué, ils comprennent que leur vie est menacée pour de bon… 

L'avis tout à fait Nayiesque :

Vous voulez vraiment mon avis ?
C'est LE manga d'horreur à ne pas rater. Bien que certaines scènes peuvent choquer, même empêcher de dormir si l'on a l'âme sensible, il ne faut pas passer à côté. Assurément, un des meilleurs du genre.
Vous l'avez compris, je suis fan !

C'est un des premiers manga qui m'a autant fait du mal d'une certaine manière, mais qui malgré tout me donnait envie de continuer... Pourquoi ? Parce que l'intrigue est absolument passionnante. Oui, j'aime vraiment... J'insiste sur ce fait, mais je veux vous faire comprendre à quelle point il est génial. J'avais bien aimé Judge, Doubt est encore mieux ! (en même temps, j'ai terminé Doubt, tandis que j'ai du mal avec Judge...)

Une intrigue à couper le souffle. A la fin de chaque chapitre, une seule envie : lire le suivant.

Dans ce manga, il y a un "Loup". Une sorte de tueur. Mais l'identité de ce Loup m'a absolument surprise ! (la deuxième partie, néanmoins).

La fin est surprenante. Parfaite. J'ai tremblé, l'ai relue et relue. Je n'arrive toujours pas à croire que c'est fini. Mais j'aime les fins comme celle-ci. Elles changent tellement des fins habituelles...

Vous l'aurez compris, je ne peux que recommander ce manga ! Fans, jetez-vous dessus, même si l'horreur n'est a priori pas votre genre. ACHETEZ-LE, LISEZ-LE, ET RELISEZ-LE ENCORE ET ENCORE !

Et si vous ne vous sentez pas trop de les acheter, je connais un site avec tous les scans des quatre tomes !

Côtés personnages, je n'arrive à en apprécier aucun. Mais ils me font trembler. Chacun terrifiant dans son propre genre... Surtout une certaine personne dont je ne citerai pas le nom, qui m'a fait atrocement peur !
Mais ne pas aimer les personnages fait partie du manga. Je préfère en être effrayés. Ca me fait encore plus peur...

Je lui donne une note de 19 lapins sur 20 ! 


Tu cherches encore des frissons ? Judge, la nouvelle série de l'auteur, pourra peut-être se faire apprécier, même si elle est néanmoins très semblable. Encore une fois, à vous de voir.

Soul eater de Atsushi Okhubo


Scènes de nudité (pour le seul besoin de blagues qui font rire uniquement les débiles comme moi) et un peu de sang, mais c'est comme ça quand y a de la baston...

Résumé pas forcément Nayiesque :

Afin d'accéder au rang suprême de « Death Scythe », une arme démoniaque doit ingérer 99 âmes humaines et 1 âme de sorcière. Cette mission est confiée aux Meisters, des spécialistes du combat qui vont récolter les âmes au péril de leur propre vie. Dans Soul Eater, partez à la chasse aux âmes en compagnie des élèves de l'institut Shibusen, école de formation pour faucheurs d'âmes !

L'avis tout à fait Nayiesque :

Que dire de Soul Eater ? Ah oui, je sais...
L'auteur est un géniiie !
Dans ce manga, on ne s'ennuie pas une seule seconde. On entre directement en plein coeur de l'action.?... Même si ce premier tome est un peu le "Prologue" de la véritable histoire. J'ai dévoré ce premier tome en une demi-heure à peine. En plus, c'est bourré d'humour. J'ai hâte de rencontrer Excalibur dans le manga - comme dans l'anime, c'est déjà fait. Et les dessins sont plutôt beau.

Pourquoi un avis sur l'histoire aussi court ? Parce que j'aimerais vous présenter Neuf personnages. Ca va être long.

Débutons par Soul. C'est lui qui a donné son nom au manga. On peut retenir de lui qu'il est carrément... Cool ! Même lui le dit. Dans ce premier tome, il semble être une personne qui ne trahirait pas n'importe qui. Il est sympa, cool, et drôle... Que demandez-vous de plus ? Ah oui, il a la classe, aussi ^^

Ensuite, Maka. Je la trouve sympa aussi. Elle déteste les hommes, mais je comprends pourquoi... Une héroïne comme on en voit souvent, courageuse et voulant la plupart du temps faire les choses bien.

Il y aussi Blair... Plutôt drôle, pas vraiment super sympa, mais qui reste marrante. Elle prend toujours des poses... Euh... Comment dire... --" On la présente tout d'abord comme une sorcière.

Excalibur...¨¨*se met à rire comme une malade*

Tsubaki, l'arme de Black⋆star. Attachante, plutôt sans pitié envers Black⋆star, mais extrémement gentille. Un personnage sympa.

Black⋆star, arrogant au premier abord, mais on finit par l'aimer. Moi aussi 8D Vive Black⋆star !!!! x3

Les soeurs Thompson, Patty et Liz. Aux caractères très distincts, elles sont néanmoins toutes les deux attachantes et drôles !

Et on finit par le coup de coeur. Death The Kid. VIVE LA SYMETRIIIE ! *se barre en hurlant ça à tout le monde* Il peut sembler arrogant pour certaines personnes, mais c'est un si pas mon personnage préféré tous mangas confondus. Son obsession pour la symétrie le rend souvent hilarant. A cause des trois bandes blanches sur un côté de ses cheveux, il finit très souvent par déclarer ces trois phrases... "Bon sang ! Quelle déprime ! Je veux mourir !". The Kid, mon perso préféré. Il a même fini par déteindre sur moi TT Hier, en regardant un sac, je me suis soudain dit "Tiens, regardons donc s'il est parfaitement symétrique..." Hé hé ^^"

Soul Eater, un manga génial dont je veux lire la suite au plus vite !



Si tu as aimé, je te conseille non seulement de regarder l'anime adapté mais également de lire "Blood Lad", que j'ai bien aimé aussi.

Piece de Hinako Ashihara


Les scènes d'amour sont montrées uniquement pour le besoin de l'histoire, et aucune nudité choquante n'apparait - on ne verra pas plus que ses épaules, par exemple. A vous de voir.

Résumé pas forcément Nayiesque :

Certains secrets devraient rester enfouis...
Des camarades de lycée se retrouvent lors de l'enterrement d'une ancienne élève : Haruka.
Cette fille ne s'était jamais liée avec les autres. Pourtant, Mizuho, Narumi et Yanai vont tenter de percer le mystère de sa disparition.
Peut-être qu'ainsi ils trouveront eux-mêmes un sens à leur vie ?


L'avis tout à fait Nayiesque :

Un air de mélancolie nous envahit lorsqu'on commence à lire Piece. Alternant entre scènes marquantes et mystères, parfois avec un petit côté sombre, c'est une grande réussite. Le titre Piece vient du fait que les héros essaient de trouver les Pièces (pieces en anglais) du Puzzle de la vie d'Origuchi. Leur camarade de classe décédée.
Le fait qu'Origuchi aie exactement la même tronche que moi me déstabilise assez.

Contrairement à certains, je ne trouve pas que l'histoire prenne du temps à démarrer, au contraire, tout est fluide. Je me pose de plus en plus de questions sur cette "Haruka"... Révélations justement dosées là où il faut, une véritable révélation pour moi également.

Tout commence réellement avec Mizuho qui se rend très rapidement à l'enterrement de Origuchi, où elle apprend que celle-ci prétendait qu'elle était son amie. La mère de la jeune fille décédée demande alors à celle-ci de lui rendre un service... Mais Mizuho n'ayant jamais adressé la parole à Origuchi, cela devient très compliqué. Très complexe tout ça, il me tarde d'avoir le tome deux ^^

Graphiquement, c'est vraiment très beau. Définitivement shojo.

Si c'est un sans-faute niveau intrigue, il y a une raison à mon vote qui est "J'ai bien aimé.". Le manque de charisme de certains personnages... Comme l'amie de Mizuho, Remi. Je n'ai pas eu beaucoup le temps de m'attacher à elle, car on ne la voit que très peu.

Je reconnais que Narumi est un mystère total pour moi... Et Mizuho... Je me demande ce qu'elle cache comme réelle personnalité.

J'aimerais parler des deux personnages qui m'ont vraiment touché. Origuchi (bien sûr) et Yanai. Ce dernier est un personnage très attachant, je trouve. Alors, oui, j'ai versé ma petite larme devant ces deux-là... Vous comprendrez sûrement.

17 pièces (oui, je me suis pas foulée, là) sur 20 ! Il me tarde d'acheter le tome deux et de me ruiner un peu plus !


Le Sablier, du même auteur, est à ce qu'il paraît un manga dans le même genre qui pourrait plaire aux fans de Piece.

Ibitsu de Ryu Haruka


Violence, scènes gores ou dérangeantes et ambiance extrèmement malsaine, à ne pas mettre dans les mains de n'importe qui ! A ne pas lire la nuit.

Résumé pas forcément Nayiesque :


Dans les alentours de minuit, Itou Kazuki va porter ses poubelles dans la ruelle a coté de chez lui. Là-bas, il croise une étrange et inquiétante femme, assise sur des ordures. Inquiet, Itou essai de passer a coté d'elle sans trop se faire remarquer, mais la femme l'interpelle en lui demandant s'il a une petite soeur. Il lui répond rapidement, puis revient à son domicile en toute hâte.

Dès lors, Itou sera impliqué dans une aventure infernale, où les morts risquent d'être nombreux...

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je n'ai pas une grande expérience en manga d'horreur. A part Judge et Doubt, je n'en ai pas lu d'autre. J'ai donc décidé de changer d'auteur. Cette fois-ci, j'en ai vu un qui me tentait bien. Ibitsu.

Au fait, peut-être que je suis un peu conne, mais j'ai toujours pas compris d'où venait le titre...

Donc, je l'ai lu. Je ne m'attendais pas vraiment à ça. A du sanglant, oui. A du bien dégueu, oui. Mais ça ne m'aurait pas impressionné plus que ça. Mais là, c'est affreux. C'est dérangeant. C'est flippant. Et je l'ai lu en plein jour. J'avais lu Doubt en pleine nuit, dans le noir, et j'avais eu beaucoup moins peur. C'est dire à quel point ça fout les jetons...
Attention, par "c'est affreux", je ne veux pas dire que c'est un mauvais manga. Il est même très bon. Juste que vous ne regarderez plus les petites soeurs de la même manière. Moi, c'est les peluches. Mais c'est au dernier ou avant dernier chapitre que l'on comprend ça. Je ne sais plus trop, et j'ai la trouille d'aller le vérifier.

*lance sa peluche-lapin à l'autre bout de la pièce*

... Je suis en train de trembler, quand même...

Nan, mais c'est ma faute, à me traumatiser toute seule, aussi. Allez, maintenant j'aurai plus peur de rien. Go regarder Deadman Wonderland. Et Highschool of the dead. Ouais, j'ose pas regarder, et alors ? TT

Bon, j'arrête de raconter n'importe quoi et je parle réellement du manga, maintenant.
Alors, c'est très bien dessiné. Graphiquement c'est très beau.

Raaaah, la nuit blanche m'attend, je le sens...

Hum... Sinon, quoi d'autre ? Ah oui : un beau petit mot pour tout décrire ? GORE. Mais là, on a du lourd. C'est du gore de chez gore. En fait, les moments les plus affreux sont juste suggérés. Mais je pense que c'est pire. On ne peut qu'imaginer, et ça fait bien peur. En fait, au début, c'est juste l'ambiance qui est oppressante, on se sent mal en le lisant. Mais il ne se passe pas grand chose d’abominablement affreux. A partir du chapitre trois, j'ai bien flippé. En plus, on voit une scène qui m'a fait super mal. Pour le chien. Et c'est à partir de là que tout s'accélère. J'avais en même temps envie d'arrêter de lire mais aussi de savoir la suite. Donc, j'ai tout lu. Je le regrette pas du tout parce que c'est quand même vachement bien imaginé. Mais je le regrette toujours à cause de... JE CROIS QUE CETTE PELUCHE EST EN TRAIN DE ME REGARDER.
Le concept de la légende urbaine est bien exploité. La fin est juste ABSOLUMENT PAS PRÉVISIBLE. On peut penser comprendre la "Lolita" mais là plus du tout. Le mystère est toujours là. La fin... Je crois que c'est le pire pour moi, de se dire que l'histoire va sûrement se répéter... Encore et encore...

Je pense que je n'oserai même plus aller sortir les poubelles, maintenant...

J'arrête de divaguer, et je parle des personnages, maintenant.

La famille du héros. Les parents, je ne peux pas trop en parler véritablement, en fait. Pas parce que c'est un immense spoiler de la mort qui tue, juste parce qu'ils ne servent pas à grand-chose dans l'histoire. Il y a le héros, aussi... Je ne trouve même pas les mots pour parler d'eux en fait. Sa petite soeur, non plus. Peut-être parce que j'ai trop hâte de parler de :

La Lolita (et sa peluche). C'est elle sur la couverture. N'allez pas me dire qu'elle ne vous donne pas envie de partir pour toujours très loin sauf dans un dépotoir ?.. Franchement... *frisson* Ça me rassure d'avoir un petit frère. Quoique... Peut-être que... Aaaah, faut que j'arrête... Les mots me manquent pour parler d'elle... Ah non ! Il y a un petit mot sympathique que l'on peut utiliser pour parler d'elle ! Très joli, oui ! PSYCHOPATHE ! Elle est complètement cinglée. Complètement machiavélique, aussi. Non, mais la fin... Elle est juste horrible, quoi. Je ne peux même pas vous dire son nom. Ca serait tellement injuste pour ceux qui comptent le lire.

Car, ce n'est pas parce que c'est horriblement flippant, dérangeant et gore qu'il ne faut pas le lire. J'ai adoré, quoi.

C'est pour ça que je lui donne un bon petit 17 sur 20 ! (j'ai retiré quelques points en prévision de ma nuit blanche... Je déteste ça :P)

Ah, et une dernière chose... Si un jour vous croisez une fille habillée en Lolita. Une peluche à la main. Dans un dépotoir. Et qu'elle vous pose la question suivante...

"As-tu une petite soeur ?"

... Dégagez le plus vite possible...


Si tu as adoré ce livre, je pense qu'"Another" est parfait pour toi ! Je ne l'ai pas encore lu, mais j'en dirais bientôt des nouvelles.