mercredi 26 décembre 2012

L'épreuve Tome 1 le Labyrinthe de James Dashner


Résumé pas forcément Nayiesque :
Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier... Il se retrouve entouré d'adolescents dans un lieu étrange, à l'ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d'acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. 
Thomas comprend qu'une terrible épreuve les attend tous. Comment s'échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets 
enfouis au plus profond de sa mémoire...


L'avis tout à fait Nayiesque :
Parler de ce livre est encore pire que ce que je pensais. J'aime beaucoup les livres qui vont vite. D'ailleurs, je me disais "cool, pas de prologue qui sert à rien au début, on est direct dans le vif du sujet". C'est ce que je pensais. Au début, comme la plupart des lecteurs je pense, j'étais complètement paumée. Le langage du Bloc est utilisé sans la moindre explication dés le début. Et justement, on nous explique ce qui se passe dans le Bloc au fur et à mesure. Thomas se pose beaucoup de questions, on lui répond. Finalement, sur les 400 pages de ce livre, il n'y en a que 150 où il se passe vraiment quelque chose. 

Je ne dirai pas que je n'ai pas aimé, mais j'ai eu beaucoup de mal à entrer dedans. Le livre est original et le principe excellent, mais je ne suis toujours pas une fan de la troisième personne et j'ai encore eu du mal. Par contre, sur les 100 dernières pages ça ne m'a pas du tout dérangé. Même si j'ai vraiment trouvé ça ennuyant sur les pages d'avant. J'ai pris plus de trois semaines pour ça, montrant que je n'étais pas vraiment dans le livre. 

Bref, à ce que vous avez pu lire au dessus vous avez pu vous forger une idée sur mon avis. Pas extraordinaire, vite lu, vite oublié. Moi aussi je pensais ça. Les 25 dernières pages. Une pure bombe. J'étais totalement absorbée. J'ai presque pleuré, j'ai été surprise, j'ai fait des tronches très bizarres devant mon livre. 

Et l'épilogue. Génial. Je me suis prise une grande claque en le lisant. Pour résumer, c'est un livre qui ne m'a pas semblé extraordinaire. Mais la fin était tellement bien, tellement... Forte, je n'irai pas jusque là mais quand même imprévisible. Et finalement, je me dis "et pourquoi pas la suite ?". 

J'ai oublié de le préciser, mais l'histoire est bien construite aussi.

Faisons un petit tour vers les personnages maintenant.

Déjà, il y en avait vraiment trop à mon goût. Je ne suis pas contre un grand nombre de personnages (y a qu'à voir Soul Eater, ils sont au moins... beaucoup.), mais je suis contre un grand nombre de personnages s'il y en a qui sont complètement inutiles. Il y en a dont on aurait pu se passer, le livre n'en aurait été que meilleurs. Je vais me concentrer sur les deux personnages principaux disons, et mon petit coup de coeur que j'ai dans à peu près tous les livres que je lis.

Thomas est le personnage principal... Enfin, pour un personnage principal, il est transparent. Pas plus marquant que ça en fait. C'est quand même lui qu'on suit tout le long du livre en principal, on devrait s'en souvenir plus que ça. Il n'est même pas énervant ! Ce personnage, on ne le déteste pas, on ne l'aime pas, bref, il est totalement insipide. 

Teresa est déjà mieux, mais ce n'est pas encore ça. C'est vrai qu'à son arrivée, je l'ai sentie comme un élément déclencheur de la vraie histoire. Et que c'est elle qui est un peu la "clé" de l'histoire et qui fait tout avancer. Finalement elle est pas si mal que ça, mais il y a mieux.

J'ai adoré Chuck. Il est vraiment un personnage génial, sensible, touchant même. Attachant, surtout. Je n'ai pas grand chose d'autre à dire à propos de lui on ne le voit pas beaucoup. Mais il m'a déjà plus marqué que tous les autres. 

Je n'irai pas jusqu'à dire "Lisez-le !" mais pas non plus à dire "Ne le lisez-pas !!!". Je vous conseille de vous forger votre propre avis. Parce qu'avec du recul, je me rends compte qu'il est vraiment à lire, tant pis si on aime ou pas. C'est peut-être bien un bon livre.

Un petit extrait :

« - Tu sais Thomas, je me sens bizarre en ce moment. Ça fait drôle d'éprouver le mal du pays alors qu'on ne se rappelle même pas d'où on vient. Mais je ne supporte plus d'être ici. Je voudrais rentrer chez moi. Où que ce soit, qu'elle que soit ma famille. Je voudrais me souvenir. »

Je donne une note de 17/20 malgré tout ce que j'ai dit de mauvais au dessus. J’achèterai le deux pour voir si cette série est aussi prometteuse que le promet la fin.

mardi 18 décembre 2012

Film : 200 Pounds Beauty



Résumé pas forcément Nayiesque :
Ce film raconte l'histoire d'Hanna, une jeune femme obèse d'1,65m dotée d'une voix très remarquable. Malheureusement, à cause de son poids, elle ne parvient pas à trouver de producteurs. De plus, Hanna a le béguin pour son patron qui ne la remarque pas...
Avec l'aide d'un médecin, elle s'engage sur un long parcours d'auto-réinvention par la chirurgie plastique. Elle en ressort mince, élancée, délicate et d'une beauté sidérante. Grâce à sa nouvelle identité, elle parvient à s'intégrer au sein de l'entreprise musicale de Sang-Jun (son patron) et attire vite l'attention. La nouvelle vie d'Hanna semble être parfaite, mais est-ce vraiment celle qu'elle espérait ?

L'avis tout à fait Nayiesque :

Les critiques de films font leur entrée ! En ce moment, je n'ai pas trop le coeur à regarder des animes, et je n'ai presque plus le temps de lire. Et comme je ne lis plus trop vite... Bien sûr je continue à parler de livres, d'animes, mais les films et les séries/dramas vont s'ajouter à la liste ! Génial nan ? Comme ça mon blog restera actif un minimum si un anime ne me parle pas ou si je n'avance pas vite dans mes bouquins. Allez, j'arrête mon petit blabla, et c'est parti pour une petite chronique sur un film plus que marquant.

Déjà, je voudrais dire que l'on ne s'ennuie pas une seule seconde devant le film. Et pourtant, je suis une grande spécialiste du "pfffffftttt" devant un film. Et pourtant dans celui-là... Mais whaouh quoi. Je tiens à préciser que c'est le premier film coréen que je regarde, histoire de combler quelques lignes. Alors, que dire de ce film ? Pour commencer, il a son lot de surprises. Même si beaucoup ont trouvé qu'il était trop prévisible, ce n'est pas le plus important. Je n'aurais pas pensé autant m'attacher à un film regardé juste pour attendre que le temps passe. D'ailleurs, le temps passe tellement vite lorsqu'on le regarde ! C'est une merveille. Je n'ai pas beaucoup ri, pour le côté drôle de l'histoire, je ne l'ai pas tant retrouvé que ça. Et pourtant, il y a des moments où rire est presque une obligation ! Je sais bien qu'en vantant ce film comme ça, vous risquez d'être déçu en le voyant, mais je ne peux pas me retenir de parler de ce magnifique film.

Commençons par le début, en toute logique. Très bon début, par ailleurs ! On ne fait pas traîner en longueur comme dans beaucoup d'autres films, et c'est vraiment ce qui me convient le mieux. Vous l'aurez compris, je ne suis pas une adepte des films lents à démarrer, et ceux dans lesquels il ne se passe rien encore moins - Le monde de Sophie en est témoin... Le fait qu'il démarre sûrement est vraiment un bon point. Au bout de la première demi-heure, nous sommes déjà plus avancé qu'un film lambda dans l'intrigue. Et c'est mieux comme ça !

Le film se déroule, avec ses hauts, ses bas, ses surprises, ses rires. Un peu toujours la même chose en fin de compte. Même lors de la scène avec Sang-Jun et Hanna qui font ce qu'on attend depuis le début du film, je n'ai pas fait comme d'habitude (c'est-à-dire me dire "mais c'est dégueu" puis attendre patiemment que ça passe) j'ai juste continué à regarder, un peu zombifiée, car il y a un petit truc dans ce film qui fait qu'on ne peut pas le lâcher avant la fin.

Et la fin, parlons en d'ailleurs. J'avoue, j'ai versé une petite larme, mais juste une -pensez pas que je suis la petite qui pleure pour un rien, hein, je préfère encore mon image d'insensible... . C'est émouvant, pas des masses surprenant, mais ils ont su trouver les mots, qui sont justes assez beaux pour nous faire pleurer, mais juste assez vrais pour qu'on soit vraiment touché. Après ce film, on ne peut que s'accepter  tel qu'on est. C'est une fin magnifique, qui m'a vraiment touché tout comme tout ce film. 

Petit détour sur la musique qui a une place importante dans le film. "Maria" est une chanson incroyable. Toute la puissance vocale de l'actrice magnifique qui joue Hanna sort à ce moment-là, c'est vraiment une chouette chanson. 

Les personnages sont tous très attachants, exceptée Ammy, mais bon. En tous les cas, ils sont tous bien exploités et c'est un plaisir à voir. Pas besoin de faire un portrait détaillé de chacun, car ce serait vous enlever la surprise et vous empêcher de les découvrir par vous même.

Un vrai bonheur à regarder, malgré quelques imperfections... 17/20 !

 Mon passage préféré (attention, cette partie peut contenir des spoilers plus grand que la terre !)

- Qu'est-ce que tu aimes chez elle ?
- Je ne sais pas.
- C'est parce qu'elle est belle ?
- Des trous du cul comme toi diraient ça.
- Parce qu'elle est innocente ?
- Des trous du cul comme moi diraient ça.

On se quitte sur cet extrait tout mignon et plein de finesse, regardez ce film il vaut le coup d'oeil !


lundi 3 décembre 2012

Quelques nouvelles

Yo bande de Nayiens !

Je suis désolée pour mon retard, mais c'est le troisième livre que je commence et espère terminer, donc pas de chroniques en vue, et je n'arrive vraiment pas à accrocher à Gakuen Alice. Donc, je vais devoir recommencer un bouquin (ce sera L'épreuve - Le Labyrinthe de James Dashner que je vais me forcer à finir si j'aime pas parce que ... Ca commence à être un peu long, là.) et un anime. Pour l'anime, j'ai choisi A certain magical index, qui est apparemment un petit chef d'oeuvre que je n'ai pas encore vu. Donc, je veux le voir, et au vu du résumé, la chance que j'apprécie est forte !

De plus, il est probable qu'entre l'une ou l'autre chronique d'anime ou de livres se glisse une chronique de série... Restez attentifs ! Mais n'empêche, ce ne sera pas très récurrent si ça voit le jour par le plus grand des miracles. Il faut savoir que je classerai les Dramas avec les séries si j'en regarde.

Merci de m'avoir lue !

Naya

mercredi 21 novembre 2012

Anime : Black Rock Shooter


Résumé pas forcément Nayiesque :

Mato Kuroi est une étudiante qui entre au collège. Elle va y rencontrer Yomi Takanashi avec qui elle va vite devenir amie. Malgré leurs personnalités opposées, elles vont vivre leur première année de collège ensemble... Mais au même moment dans un monde parallèle au leur, deux jeunes filles se livrent bataille, deux jeunes filles qui ressemblent à Mato et Yomi... Pourquoi cette ressemblance ? Et quel lien y a-t-il entre ces deux mondes ?...

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je décide d'expérimenter une nouvelle manière de mettre mes points. Je vais analyser plus de détails maintenant, donc les 20/20 seront vraiment rares. Ces avis seront séparées en 4 parties chacune sur cinq points.


 1.Le premier épisode



Très important pour moi, un premier épisode est supposé donner envie aux spectateurs de voir la suite. Evidemment, on ne peut pas toujours s'y fier (regardez School Days... Je ne l'ai pas vu, mais avec ma fâcheuse manie de cliquer absolument à tous les endroits où il apparaît le mot spoiler, je connais déjà la fin, bien différente que ce que nous laisse présager le premier épisode), mais il donne en général une bonne idée de ce qui nous attend ensuite. Pour Black Rock Shooter, le premier épisode est une vraie merveille. J'étais scotchée à mon écran avec comme seule envie de regarder le deuxième. Pourtant, au départ c'est vrai que cet épisode semble vraiment... Bizarre ? On nous entraîne dans un monologue en voyant une fille qui bouge vraiment beaucoup sans aucune explication. Puis, nous avons la fille qui ne s'exprime que par des adjectifs... Oui, franchement, j'étais en train de me dire "ok.......". Puis est arrivé le moment où Yomi est rentrée chez elle. Et là, on sent qu'il se passe quelque chose de pas net. Et là, j'ai souri. Je me suis dit "Ca y est, l'anime commence". Et il a commencé. C'était génial. Tout l'épisode, j'avais les yeux grands ouverts, me posant des questions. Surtout à partir du moment où Kagari apparaît. Pour résumer, malgré des débuts un peu WTF quand même, un premier épisode super accrocheur, ce qui fait que je donne :

5/5


2. L'anime en général.



Là, c'est un bon cheminement qu'on nous offre. Le scénario s'enchaîne sans que l'on ai de moments de vides, ou au contraire que l'on soit trop précipités. Les premiers épisodes sont les meilleurs à mon goût, mais ce n'est qu'un avis personnel. Néanmoins, avant que je sache ce qu'était ce monde parallèle, je trouvais les apparitions de ce monde un peu trop fréquentes. Mais quand on voyait ce qui se passait dans le monde réel, on n'avait qu'une envie et c'était de connaître la suite, donc quand on l'interrompait par un passage qu'on est pas sûr de comprendre, c'est pas top. Néanmoins, l'animation est une bombe, avec l'effet 3D j'ai trouvé ça très prenant. Tout est très fluide, c'est super beau à regarder, et l'histoire est géniale, autant dire que c'est une réussite une fois de plus.

4/5

3. La fin


Par contre, j'ai été très déçue par la fin. Mais je n'étais pas complètement dans le truc. Même si le dernier épisode est loin d'être mauvais, la fin m'a parue un peu faible par rapport au génie des épisodes précédents. Donc, je ne peux pas non plus dire que je l'ai détestée, mais elle n'était pas à la hauteur de ce qu'on nous laissait espérer.

2/5

4. La musique et les personnages


La musique

Comme la dernière fois, petit passage sur la musique pour combler un vide, et parce que cinq points sur des personnages, ce qui est quand même un avis non objectif, ça me paraissait beaucoup. Donc, petit passage sur la musique (je ne ferai rien sur les musiques d'ambiance, vu qu'elles sont pour la presque totalité des animes excellentes)
A propos de l'opening : j'adore cette chanson, mais ça m'a un peu déstabilisé que ce ne soit pas la vraie version, ou du moins celle à laquelle je suis habituée. C'est sûrement un Append différent, mais j'étais habituée à une autre version ! N'empêche cette chanson de Miku est géniale, alors j'aime.
A propos de l'ending : Chanson toute calme. Ce n'est pas que je ne l'ai pas appréciée, mais je ne l'écouterai pas tous les quatre matins. Même si sympa quand même.

1,5/2

Les personnages


 Pour les personnages, c'est carrément parfait. Ce que j'ai adoré, c'est qu'aucun des personnages n'est totalement clean. Chacun a une part de folie en soi. Là-dedans, on côtoie ouvertement la folie et ça change. J'ai adoré tous les personnages, ils sont géniaux.

Mato, même si au départ elle était juste une fille s'exprimant par adjectifs, est finalement très attachante et beaucoup plus importante qu'elle n'y parait. 

Yomi est l'aller vers la folie, et Kagari en est le retour. Je ne vais pas en dire plus, mais elles symbolisaient vraiment ça pour moi. Même si Kagari est mon personnage préféré de cet anime, je n'ai rien à dire de mauvais sur Yomi non plus. Leur relation est finalement très complexe. Et c'est pour ça que je l'adore.

Sinon, il y avait aussi Yu, qui je l'avoue, m'a carrément surprise , et Saya, une personne qu'on arrive pas vraiment à cerner dés le départ. Pour les persos, j'avoue que c'est complétement génial.

3/3

Ma note finale est donc de 15,5/20 ! (je suis tellement pourrie en maths que je pourrais m'être trompée, mais bon...) La preuve que la fin est très importante pour moi, car si elle était réussie, la note serait largement supérieure.

J'espère que cette nouvelle formule vous a plu !

Si tu vénères cet anime plus que tout au monde, je ne vois pas trop ce que tu pourrais regarder. Faut dire que c'est original ! Et j'imagine que tu as vu l'OAV aussi, donc... je ne sais pas trop !

Le prochain sur ma liste est Gakuen Alice !



lundi 19 novembre 2012

La nuit des temps de Barjavel


Résumé pas forcément Nayiesque :

Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...
Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ? 
"La nuit des temps", c'est à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d'amour passionné. Traversant le drame universel comme un trait de feu, le destin d'Elea et de Païkan les emmène vers le grand mythe des amants légendaires.


L'avis (cette fois-ci minuscule) tout à fait Nayiesque :

e vais pas prendre plein de tournures de phrases différentes pour m'exprimer. J'ai trouvé ça ennuyant. Nul ne serait pas le mot ; mais c'est un classique et ça veut tout dire - et ne rien dire en même temps, mais bon, ce sont des choses qui arrivent.

Je comprenais tous les mots si on les prenait un par un. Si on faisait des phrases avec aussi. Mais tout ensemble, whouh ! On nous balance des trucs sans intérêt à tout va. Je vais être honnête : je n'ai strictement rien pigé, que ce soit au livre lui-même ou à l'engouement pour lui. Une belle histoire d'amour ? Il est probable qu'il y en ait une quelque part effectivement. Car je ne l'ai pas fini. Oui, j'ai été gonflée par ce que tellement de gens ont appelés un chef d'oeuvre. Apparemment, c'est beau. Bah moi je peux vous dire que c'est effectivement superbe quand tu fermes le livre. *troll mode*

Je suis arrivée à la moitié du livre. Le premier jour, j'ai lu trois pages. C'est dire comme j'étais motivée. Le deuxième jour, j'ai lu dix pages. Le troisième je suis arrivée à la moitié tout en écoutant Paramore pour me motiver. Et puis, j'ai constaté quelque chose d'incroyable. Le mot qui convient le mieux pour décrire ce que j'ai ressenti en lisant, c'est "RIEN" ou juste frustration. Il ne se passe strictement rien ! C'était vraiment ennuyant pour moi. Je ne peux pas m'étendre sur le sujet. Je ne l'ai pas fini, il ne se passait rien. Que voulez-vous que je fasse ? Que je mette une note proche du néant ? Ce serait cruel.

Après tout, le style d'écriture est vraiment bien.
(mauvaise foi : tellement bien que tu n'as rien compris du tout...)
Mais les personnages...
(mauvaise foi : Tu n'arrivais pas à retenir le nom ne serait que d'un seul)
Et alors c'était intéressant de voir les instruments dans les milieux où ils étaient...
(mauvaise foi : cette partie là non plus tu n'as rien compris.)
En plus on explique très bien.
(mauvaise foi : absolument aucune note pour comprendre. On est supposé tout savoir sur les matériaux des Savants...)

Je ne pourrai donner aucune note pour ce livre que j'ai franchement pas aimé.

Anime : Astarotte no Omocha


Résumé pas forcément Nayiesque :

Bienvenue dans le monde fantastique et médiéval d'Alfheimr. 

Astarotte Ygvar, la première princesse succube du royaume d'Ygvar vient d'atteindre l'âge de 10 ans. Comme tout les autres succubes, elle doit créer son harem pour pouvoir consommer un liquide appelé le Sauzfryma qui seuls les hommes possèdent. En effet, les succubes doivent le boire pour ne pas perdre leur jolie apparence.

Seulement, Astarotte déteste les hommes et pour essayer d'échapper à son devoir, elle exige que le premier homme de son harem personnel sera un humain. En effet, depuis des millénaires, le Monde des Humains est mis à l'écart car personne n'a pu voyager entre Alfheimr et Midgard pour y accéder.


L'avis tout à fait Nayiesque :

Le premier mot qui me vient à l'esprit si je devais parler honnêtement, c'est "spécial". Ce mot vraiment hypocrite qui n'est ni vraiment bien ni vraiment mal. La version bien, c'est "original". La version mal c'est "bizarre". Non, là, c'est juste spécial.

Je vais prendre mes notes une par une afin de faire une critique plutôt cohérente avec mes pensées. Il faut savoir que je l'ai marqué dans l'ordre où j'ai regardé. Tout en regardant, quoi. On pourrait croire que c'est embêtant de se forcer à écrire en regardant, mais en fait c'est plutôt spontané pour moi. Alors, commençons avec ces notes.

L'univers est assez bien construit, voir très bien. Tout est cohérent, inédit, impeccable quoi. Cette partie est elle plutôt originale. Tous les détails sont soignés, mais dans un style de dessin très simple et loin d'être désagréable à l'oeil. Mention spéciale pour le bien joli parc d'attractions. Quand je parle de l'univers, je ne parle pas que du paysage mais aussi du style fantastique avec ces succubes ; très bien exploité aussi. Cette partie là est donc très réussie et je suis heureuse de commencer avec une note positive.

Ensuite, le chara-design. Ce n'est pas qu'il n'est pas réussi, il est même très bien, mais il me rappelle un peu trop "Zero no tsukaima", surtout au niveau de Naoya et Lotte, qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à Saito et Louise. J'avoue que je n'ai regardé que trois épisodes de Zero No Tsukaima, mais le style était bien mémorable.Pour certains personnages donc, un peu trop classiques, par contre ils sont tous très mignons. 

J'ai noté personnages peu marquants, parce que je le pense vraiment et encore maintenant. Même si je les aime bien finalement, ils sont loin de m'avoir marqués, je suis sûr que jamais je ne me dirai "Tiens, ce personnage ressemble vraiment à.... dans Astarotte no Omocha !". Pourtant, ils sont tous très bien, mais je ne sais pas, je ne les retiens pas vraiment. Encore là, j'ai du mal avec certains noms.

L'aspect comédie est néanmoins bien exploité, bien qu'il soit à certains moments un peu trop Ecchi des fois. Oui, on ne sait pas trop où sont les limites avec moi et moi non plus je n'en ai aucune idée. Mais l'humour est bien présent et on rigole franchement, pas comme d'autres qui se prétendent comédie avec un petit sourire de temps à autre (franchement, j'adore Toradora ! mais ce n'est pas vraiment une comédie... M'enfin, ce n'est encore une fois que mon avis non objectif.), même si ce n'est pas trop mon style d'humour, je me suis par exemple passée une bonne barre de rire avec le dessin animé passé à la télé avec "Slip Man", dans l'épisode six. Oui, mon humour est un peu pipi caca, mais que voulez-vous on ne se refait pas mes chers Nayiens. On est con-con ou on ne l'est pas.

Les premiers épisodes étaient lourds. Honnêtement, au départ j'étais vraiment "mais c'est quoi cet animé de pourrave ?". Le premier épisode compte beaucoup pour moi, je l'ai trouvé trop long, tout comme les deux le suivant. A la fin du quatrième épisode, l'intérêt est un peu monté pour moi, mais retombé dés le début du cinquième. J'ai commencé à apprécier à l'épisode huit, ce qui a fait que je n'ai apprécié que la moitié de l'anime.

Même si les manières de les montrer sont très légères, n'oublions pas de rappeler que les relations entre les personnages sont très malsaines. Rappelons que c'est quand même un gars de vingt-trois ans qui aime une fille qui en a dix, tout comme sa fille qui est une des amies de la dite fille aimée. La fille qu'il a eu très jeune avec la MERE de celle qu'il aime. Pour faire plus simple, en gros il aime sa belle-fille quoi. Oui, c'est extrêmement bizarre.

J'ai bien aimé la fin , pour une fois. Je n'ai pas pleuré, mais je l'ai trouvé assez triste, bien trouvée, et laissons espérer des tonnes de possibilités. Bref, une bonne fin.

Passons maintenant aux personnages.

Commençons par notre petite princesse, Lotte. Je l'ai trouvée très intéressante. C'est un personnage très recherché et pas seulement du point de vue de sa coupe de cheveux qui non seulement tient parfaitement mais ne bouge jamais d'un poil, mais aussi au point de vue histoire, famille... Une relation mère-fille inhabituelle que j'ai bien aimée. Je crois que je commence à bien aimer les Tsundere, parce que je l'ai trouvée géniale !

Naoya est sympathique, mais ne se fait pas assez remarquer. Tout comme sa fille, Asuha, qui est mignonne, mais c'est tout.

Ini-chan (je crois que son nom était Ingrid) est crooo mimi ! Et intéressante. Je l'aime bien, celle-là. C'est bien le seul personnage secondaire que j'ai retenu, parce que j'arrêtais pas de confondre Zelda et Judith (j'adore la manière japonaise de dire des prénoms de ce genre 8D)...

Comme vous l'avez peut-être remarqué (ou pas) j'ai supprimé le point "comment je l'ai connu", parce que c'était toujours les mêmes choses qui revenaient. Ce sera donc un point musique qui viendra le remplacer. C'est parti, voici les trois thèmes abordés dans ce point.

- Musique d'ambiance : très bonnes ! Elles collaient bien avec l'univers.

- Opening : j'ai eu du mal à m'y faire, même si j'ai fini par chanter, c'était vraiment parce qu'il y avait les paroles. Il ressemble aussi à celui de Zero no Tsukaima.

- Ending : Honnêtement, je n'ai pas du tout accroché. Moi, l'ending je ne l'écoute qu'une fois ; s'il ne me plaît pas, je ne l'écouterai pas les fois d'après. Donc, je n'ai pas aimé.

Comme je n'ai aimé que la moitié de l'anime, je me sens obligée de mettre la moitié. 10/20. Vite vu vite oublié. Mais si une seconde saison voit les jours avec le niveau des derniers épisodes, je regarderai.

J'en ai beaucoup parlé, si tu as aimé cet anime tu peux regarder Zero No Tsukaima !

Le prochain sur ma liste est Black Rock Shooter !






jeudi 15 novembre 2012

Anime : A channel


Résumé pas forcément Nayiesque :

Cette série est à propos de quatre amies ; Tooru, qui vient d'entrer dans la même école que sa meilleure amie, et amie d'enfance ; Run, qui est maintenant en deuxième année et depuis s'est fait deux nouvelles amies,Nagi et Yuuko.

La série les suit dans leur vie quotidienne et commence ainsi :

Tooru passe un test afin d'entrer dans la même école que la fille qu'elle aime, Run. Une fois le test réussi, elle s'empresse d'aller prévenir son amie, mais lorsqu'elle ouvre la porte de sa chambre, elle trouve cette dernière serrant une fille qu'elle n'a jamais vu auparavant...


L'avis tout à fait Nayiesque :

Si vous êtes un gentil Nayien, vous avez sûrement remarqué que dernièrement, je regarde beaucoup d'animes très semblables, du moins du point de vue "copines qui parlent ensemble dans le même lycée", se basant la plupart du temps sur des Yonkoma. De biens gentils Yonkoma en somme, mais je comprends que l'on en ai marre, donc je change de genre juste après, promis. Après tout, il faut bien séduire les deux personnes qui lisent mon blog avec différents genres, donc celui-ci sera le dernier avant un petit bout de temps, promis juré !

Mais stop au flood et parlons de l'anime en lui même, car je ne veux pas passer trop de temps à faire des promesses que je n'arriverai pas à tenir plus de deux jours.

L'histoire ne m'avait pas forcément séduite au préalable ; dans les genres, il était clairement indiqué "yuri" et j'étais assez anxieuse parce que jamais je n'en avais regardé. Et puis, je suppose qu'il y a plusieurs niveaux. Là, il ne se sent qu'à peine. Un jour, je repartirai sûrement sur un vrai Yuri, mais en attendant...

Je m'égare encore.

Comme vous le savez, je suis une grande fan de Lucky Star. C'est en cherchant des animes du même genre que je suis tombée sur le nom. Je l'ai donc ajouté à ma liste qui s'allonge de mois en mois, et puis après avoir reporté sa date de visionnage de plus en plus loin, j'ai décidé de le regarder. 

Il faut savoir que je l'ai terminé il y a quelques heures, c'est donc encore assez frais, mais assez lointain pour que mes idées soient claires sans que j'ai oublié ce dont je voulais parler. (à l'avenir, je prendrai sûrement des notes en regardant, je commence à ne plus pouvoir dire tout ce dont je voulais parler au départ.)

Cette histoire commence assez basiquement pour un anime de ce genre. On nous présente les personnages, chacun avec une catégorie bien distincte. En effet, chaque personnage a un genre stéréotypé : mais ça on a l'habitude. Ce premier épisode n'était pas assez bien à mon goût. A vrai dire, je l'ai même détesté. Mais, j'ai pris mon courage avec le coude droit, et j'ai continué à regarder.

Je n'ai pas été déçue, loin de là ! J'ai plutôt bien aimé, même. Mais voilà, il y a des animes que l'on aime moins que d'autres. Est-ce parce que je venais de regarder K-on qui en est pratiquement un copié-collé ? C'est bien possible. Soit. 

L'histoire est tout de même basée sur quelque chose : Tooru aime Run (pas compliqué de le deviner). Voilà, c'est tout, et on suit leurs aventures. Je n'ai rien contre ça, mais ça ne m'a pas émerveillée, je n'ai pas adoré. Je ne dirai pas non plus que c'est mauvais, car quelques épisodes étaient franchement bien écrits, et il m'est arrivé de sourire à une vanne ou l'autre. Je n'ai pas ri une seule fois, par contre. Ca relève du miracle que je rigole devant un anime, donc on va considérer que ce n'est pas trop grave. 

En fait, j'ai préféré me focaliser sur les personnages, car ils m'ont vraiment marqués, bien plus que l'histoire en elle-même.

Tooru est le personnage principal en quelques sortes. Elle est très mignonne. Je dois avouer qu'à la base elle m'énervait, mais finalement j'ai fini par bien l'apprécier. Lorsqu'on la voit avec Run et qu'elle rougit, j'ai trouvé ça vraiment mignon. Malgré les apparences, bien que ce soit celle qui parle le moins, on se rend compte que la plupart des situations drôles sont grâce à elles. Je ne m'amuserai pas à aller chercher un exemple (faut vraiment que je me mette aux notes...), mais ceux qui l'ont regardé ont bien un avis là-dessus, je suppose. 

Par contre, Run, j'ai été vraiment partagée à son sujet. Généralement, j'ai quelque chose contre les personnages naïfs, et elle ne fait pas exception. Par contre, sa tête quand elle a des sortes d'yeux en trous noirs, j'ai trouvé ça assez malin, ça fait un point de repère. Elle affiche surtout cette tête lorsque d'autres sont en train de parler ou qu'elle ne comprend pas tout ce qu'on lui dit. La première fois que je l'ai remarqué, j'ai trouvé ça sympathique. Autant dire qu'à part ça, je ne l'aime pas trop, même si elle est mimi aussi.

Nagi n'est pas le meilleur personnage existant, mais j'ai été surprise. Au départ on la présente quand même comme la première de sa classe, je m'attendais donc à une intello de service sans aucun humour et complètement insensible. Autant dire que j'avais complètement faux. C'est elle qui aime le plus faire peur et énerver les autres en fait, une sorte de Ricchan bis. Avec les bonnes notes en prime. Je l'ai bien aimée, finalement, car elle n'est vraiment pas comme on pourrait s'y attendre. Et les surprises, elles ne sont pas toujours mauvaises.

Je vais par contre commencer à faire ma chieuse de service. Mais franchement, Yuuki. Elle m'a tellement peu marquée que je suis en train de me demander si c'est bien son nom. C'est tellement une copie de Mio. Je l'ai détestée juste pour cette raison. Et encore, si ce n'était que ça, mais en plus elle m'a bien énervée avec le côté Top Model en plus.

La seule qui m'a un peu fait rire, je crois bien que c'était Yutaka ! Pauvre Tooru, franchement, avec elle à ses basques tout le temps, ça ne devait pas être simple.

Je ne sais pas trop quoi donner comme note, mais ce qui me paraît le plus juste ce serait un 12/20. C'est donc ma note.

Tu cherches un anime qui pourrait te faire suivre d'autres aventures du même genre ? Acchi Kocchi est mille fois mieux !

Le prochain sur ma liste est Astarotte no Omocha.

dimanche 11 novembre 2012

Anime : K-on !

Résumé pas forcément Nayiesque :

L'histoire de K-ON! tourne autour du club de musique du lycée Sakura Gaoka. A son arrivée en seconde, Ritsu Tainaka force sa meilleure-amie d'enfance, Mio Akiyama, à rejoindre le groupe de musique légère. Cependant, le club risque la fermeture s'il ne compte pas 4 membres. Ritsu, auto-proclamée "chef" du groupe, arrive à recruter de force Tsumugi Kotobuki. Parallèlement, on suit l'entrée en seconde de Yui Hirasawa, Jeune fille dynamique, mais très tête en l'air. Quelques semaines plus tard, Nodoka Manabe, amie d'enfance de Yui, pousse cette dernière à rejoindre un club sous peine de ne jamais "s'intégrer dans la société". Yui choisit finalement d'intégrer le groupe de musique légère, sans même savoir ce qu'elle y ferait. Par la suite, Yui décide d'apprendre la guitare sous l’œil bien veillant de ses nouvelles amies.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Un anime bien sympa ! Ce n'est pas un coup de coeur et je ne vais pas forcément m'en rappeler quand je penserai aux animes que j'ai vu... Mais je ne l'oublierai pas tout de suite ! Certainement pas, car en fait j'ai bien accroché ! Peut-être pas autant que je le devrais, mais ce sont des choses qui arrivent. 

J'en suis venue à le regarder tout bêtement parce qu'il est très connu. J'avais beaucoup entendu de bien sur le studio qui produit cet anime - et un paquet d'autres, au passage - et donc j'ai voulu le regarder. Qui n'est jamais tombé par hasard sur une image de Mio sur google images ? J'en trouve toutes les cinq secondes, franchement. C'est donc pour sa célébrité que je me suis lancée dedans.

Je ne peux pas dire que ce n'est pas original. C'était aussi mon premier anime vraiment musical (j'ignore s'il y en a vraiment beaucoup ou que c'est chose rare) et j'ai beaucoup apprécié ce style. Evidemment, la première chose que j'ai regardé dans ce cas-ci, ce sont les chansons et surtout leur qualité. Je n'ai pas été déçue le moins du monde ! L'opening, "Cagayake ! Girls" n'est pas mal du tout, j'ai fredonné beaucoup dessus. Et l'ending, "Don't say lazy" est une véritable petite merveille. De plus, avec la voix magnifique de Mio, elle rendait super bien ! Je crois que c'est une des premières fois où je laissais l'ending à la fin de chaque épisode pour que je puisse chanter dessus. De jolies paroles, une mélodie magnifique. En plus de ces chansons, il y en a dans l'anime. De ce côté là, il n'y en a pas trop, à part "Fuwa Fuwa time", que j'ai adorée. Une chanson assez entraînante aussi.

Du côté de l'histoire, il n'y a pas une réelle intrigue comme dans nombres des animes que je regarde, en fait. Mais nous avons quand même notre point de départ : le club de musique, qui veut gravir les échelons et a désespérément besoin de membres et d'aides quelconques pour avancer. A partir de ce point, on peut partir dans plusieurs de directions, les possibilités sont infinies. Et ce n'est pas le pire chemin que les scénaristes ont envisagé ! Au contraire, c'est très amusant de les voir progresser, de faire trois tonnes de gaffes ( les personnages sont d'enfer !), j'ai donc trouvé l'histoire très divertissante et amusante.

Maintenant, il est temps pour les personnages de se préparer à entrer en scène. (Musique, scène... Non ? Bon, ben tant pis.)

Yui est une fille très attachante, toute mimi aussi. Elle joue par contre beaucoup mieux que moi alors que ça ne fait qu'un an qu'elle est censée jouer, c'est pas juste >< ! Là n'est pas le sujet. Elle est une personne très insouciante, ce qui ne m'a pas énervée dans cet anime. Elle est mignonne, quoi, mais ça s'arrêtait là. Même si parfois elle me faisait bien rire.

Je me reconnais un peu en Mio. Très timide.... Bon, en fait c'est à peu près le seul point qu'on a en commun, parce que je ne suis pas une peureuse à ce point-là. Je l'adore, n'empêche ! Elle m'a bien fait rire.

Ritsu est incontestablement la plus drôle de la bande... J'ai rigolé à chacune de ses apparitions, mais finalement elle n'est pas extraordinaire.

Étrangement, Mugi ne m'a pas tellement marquée.

La prof m'a bien fait rire aussi, avec ses deux aspects de personnalité. Elle est vraiment géniale, mais je crois que personne ne voudrait vraiment avoir une prof comme elle...

Nodoka ne m'a pas non plus marquée.

Et terminons par Azusa (que j'appelle tout le temps Azu-nyan quand même ^^) que j'ai trouvé tout simplement adorable !

Une jolie note de 16/20 !
Je regarderai sûrement la saison deux quand j'en trouverai le temps !

Tu as aimé suivre les aventures de Yui et ses amies ? Retrouve d'autres copines qui parlent ensemble dans Lucky Star !

Le prochain sur ma liste est A Channel !

jeudi 8 novembre 2012

La fille qui ne croyait pas aux miracles, de Wendy Wunder


Scènes pouvant choquer. Aucune description explicite, mais tout de même.

Résumé pas forcément Nayiesque :

Cam ne croit pas aux miracles. Ni au paradis, ni en Dieu. Mais pas à la magie non plus. 
Elle sait qu'elle est malade. Condamnée. Fin du débat.

Elle établit alors la liste des choses qu'elle veut faire avant de mourir:

-Perdre ma virginité pendant une fête de lycéens bien arrosée.
-Me faire briser le coeur par un sal type.
-Me morfondre misérablement, pleurer, bouder et dormir durant un samedi entier.
-Faire tomber une vache qui dort debout.
-Détruire les rêves de ma petite soeur.
-Commettre des vols à l'étalage minables.

Il paraît que le simple fait d'avoir écrit ces voeux les déclanchera.
Seulment Cam n'est pas du genre à attendre que le destin se décide.
Elle préfère le bousculer et se débrouiller toute seule pour les réaliser.
En aura-t-elle le temps ?


L'avis tout à fait Nayiesque :

Ca faisait longtemps que je n'avais pas été aussi partagée à propos d'un livre.

Il est très bien écrit, donne un regard assez différent de ce dont on a l'habitude, une histoire assez peu ordinaire. Un peu d'émotion, un peu d'humour, des personnages que l'on pourrait considérer comme... Je ne dirais pas attachants, mais on n'en croise pas souvent des pareils. Mais alors, on pourrait croire que je suis partagée entre le fait de dire que j'ai beaucoup aimé ou que j'ai adoré. Mais pas du tout.

Ce livre est tout simplement un de ces livres auxquels on accroche pas, on se sent juste un spectateur. Je ne sais pas vous, mais quand je suis énervée dans une scène par exemple, je gueule sur mon livre, je me sens mal à l'aise. Quand il se passe quelque chose de triste ou d'émouvant, j'ai un petit pincement au coeur, il m'arrive même de pleurer. Là, rien. Tu te sens comme s'il y avait un mur entre toi et l'histoire, que tu te contentais de lire sans aucune émotion. Et ça ne m'a pas, mais pas du tout plu. Limite, j'étais mal à l'aise. Et ce n'est pas franchement ce qu'on aime sentir lorsqu'on lit. C'est un bon problème, tout ça. Bref, reprenons au début de l'histoire, et retenez simplement cette petite parenthèse qui a fait que je n'ai pas franchement aimé.

L'histoire est assez bateau en fait lorsqu'on lit ce résumé : une fille malade - évidemment n'ayant pas qu'un petit rhume- voulant accomplir un certain nombre de choses avant de mourir, on croirait lire un "Je veux vivre" bis. Et je ne l'avais pas aimé. Ce qui m'a poussé à l'acheter, dans ce cas ? Les voeux en eux mêmes, beaucoup plus réalistes. Le personnage principal m'a alors parue une fille bien, et c'est la seule raison pour laquelle je l'ai acheté, sur un coup de tête.

L'avancement dans l'histoire a été pénible. Une semaine ou presque juste pour lire quatre cents pages, je suis d'accord pour dire que ce n'est vraiment pas beaucoup. C'est pourtant pas un manque de volonté, plutôt un manque d'envie. Et pour que je n'aie pas envie de lire, il faut vraiment que le livre m'énerve ou ne soit pas assez bon à mon goût.

C'est assez dur d'expliquer ce que j'ai ressenti tout au long du livre. Et en le refermant il n'y a qu'une phrase qui m'est restée en tête : "Tout ça pour ça". Evidemment, ce n'est pas du tout positif ! Non, je ne sais pas, ce livre est vraiment trop bizarre pour moi. Je n'irai pas jusqu'à dire nul, bien sûr, je ne suis pas cruelle à ce point-là, mais ça ne m'a pas du tout plu.

Bon, je me suis déjà un peu trop attardée là-dessus, alors passons aux personnages.

L'héroïne est Cam. De mémoire, j'ai rarement autant trouvé un personnage insupportable. Déjà que je trouvais Patch dans hush,hush affreusement énervant, là on a même dépassé Tessa. D'accord, il y a des gens spéciaux, des gens qui ne croient pas en tout. Mais ça la tuerait d'être un peu optimiste des fois ?!!? En plus, elle passe son temps à énerver les gens de son entourage - et moi avec - en leur rappelant qu'elle va mourir. Super ambiance. Elle arrive pas à se taire deux secondes où c'est juste moi ? Et encore, si elle disait des choses intéressantes, ça m'irait mais là... Pffff. Elle m'a gonflée au possible.

Il me semble logique de parler d'Asher aussi. Lui aussi, il m'a énervée. Le sportif de base, beau, pas trop débile, et qui s'intéresse forcément à l'héroïne. Evidemment qu'ils vont finir ensemble, dés qu'on le voit arriver de sa démarche nonchalante ( là je dis n'importe quoi, comme si je me rappelais de sa démarche...) on sent qu'il va se passer quelque chose avec lui et pas avec le geek boutonneux du village - comme s'il y en avait un...

Et enfin, pour finir sur une note positive je vais parler de Perry, la petite soeur de Cam qui, merci Leprechaun enchanté, n'a pas du tout le même caractère que sa soeur. Elle est même toute mimi. Je l'ai bien aimé, elle, et c'était bien la seule.

Un dernier point que j'aimerais préciser : pour moi il y a deux choses ultra importantes dans un livre. La première phrase et la fin en général. Je passerai sur la fin que le monde entier avait prévu en l'an deux, pour parler de la première phrase. C'est la pire que j'ai jamais vu. Elle ne te donne pas du tout envie de lire la suite. Mais tant pis.

Je donne la note de 11/20. Le petit 1 bonus était pour Perry .

Tu cherches un livre que tu trouveras aussi émouvant que celui-ci ? Sans commentaire... Mais je te conseille "Je veux vivre" de Jenny Downham.

mercredi 31 octobre 2012

Anime : Acchi Kocchi


Résumé pas forcément Nayiesque :

L'histoire est centrée sur deux camarades de classe : Tsumiki et Io, ainsi que sur leur quotidien accompagné des drôles d'énergumènes que sont HimeMayoi et Sakaki.
Tandis que la jeune Tsumiki semble insensible, Io lui est insociable. Pourtant, un lien d'amitié va les unir...


L'avis tout à fait Nayiesque :


Acchi Kocchi n'est pas comme tous les petits animes de douze ou treize épisodes que je regarde : pour une raison qui m'échappe, celui là m'est bien resté en mémoire. Peut-être est-ce parce que... J'ai adoré ?


On a tendance à le considérer comme une pâle copie de Lucky Star - j'avoue que le design de Tsumiki est plus proche de Konata qu'il ne le faudrait - mais c'est tout autre chose. C'est proposé sous le même format, avec de 'petites histoires" sans rapport les uns avec les autres. Mais c'est terriblement attachant. 


Au fait, j'ai connu en cherchant justement un anime du même genre que Lucky Star. Voilà, c'est tout ce qu'il y à a dire sur ce point.


J'ai franchement adoré. L'histoire ? Elle n'existe pas. Le chara-design ? Trop identique à une autre série que je commence à avoir trop citée.  Mais pourquoi alors ? Pour tout. L'ensemble, l'humour, la petite innovation qu'on nous offre l'air de rien. Je ne sais pas vous, mais je n'avais jamais vu de tsundere timide - et adorable - à ce point ! C'est un plaisir à regarder, j'ai rarement autant rigolé. Ca passe tout seul, en une ou deux journées c'est fini... A la fin, j'étais quand même déçue que ça ce soit terminé aussi vite ! Je prie pour une saison deux, mais rien n'est moins sûr...  En tous cas, si elle a lieu d'être, je la regarderai avec plaisir ! Bref, c'est un très bon anime, même si l'avis est loin d'être partagé partout où je vais. Mais soit. 


Ce qui fait aussi de cet anime un bon anime, ce sont ses personnages. Démonstration en pas images.

(N'importe quelle personne censée me dirait que cette transition était pourrie. Je suis d'accord.)

Le personnage principal est l'adorable Tsumiki. En plus d'être carrément mignonne et d'avoir un caractère qui va avec, les moments où elle est en mode "chat" sont carrément hilarants ! J'ai adoré ce petit personnage plus que mignon ( en gros, je l'ai trouvée très mignonne, faut pas aller plus loin.). Elle a une voix toute petite aussi, c'est mimi. C'est certainement la plus calme de la bande de tarés qui servent de héros, ça a peut-être eu une légère influence.


Ensuite, nous avons Sakaki. Faut avouer que je ne l'ai pas spécialement aimé, mais je ne l'ai pas détesté non plus. J'étais morte de rire avec sa tête "Je me vengerais au White Day !". 


Hime, ou Himecchi est une personne visiblement ne sachant pas retenir les flots de sang coulant de son nez parce que saigner du nez tout le temps comme ça, ce n'est pas normal. En dehors de ce petit détail extrêmement étrange, qui ne m'a pas non plus déplu, je l'ai bien aimé. Elle est très naïve, mais naïve-marrante, alors ça allait ^^


Mayoi m'a fait, à plusieurs reprises, éclater de rire. Que ce soit lorsqu'elle parle de ses plans diaboliques avec ou contre Sakaki - déjà que j'adore sa voix ! - ou quand elle lâche une phrase pas du tout adaptée à la situation - ce qui lui vaut la plupart du temps un coup de poing de Tsumiki, je l'ai adorée ! 


Et passant à mon coup de coeur, Io ! Ce n'est pas forcément pour le personnage que je l'ai adoré en fait, c'est plutôt... Enfin, ce petit gif montre à la perfection mes états d'âme en le voyant. Attention, je vais les expliquer un à un, parce que sur le gif ( provenant de la série bien sûr ^^) ça va plutôt rapidement.


1 => Huhuhu, il est plutôt mignon ce perso.

2 => Mais tu as ouvert la bouche, pourquoi aucun son n'en sort ?
3 => OMG LA VOIX !


(Non, je n'ai pas réellement saigné du nez, mais j'en étais pas loin. )

Merci, m'sieur Okamoto Nobuhiko d'avoir une si belle voix. J'ai bien envie de regarder d'autres animes où il prête sa voix à un personnage.


Revenons à Io. Il est génial. Est-ce possible d'être plus classe que ça - je ne compte pas les personnages de Soul eater là dedans ? Je ne crois pas. Mais la voix y est pour beaucoup... 'Fin, voilà.


Un coup de coeur pour moi, 20/20 !


Tu cherches un anime du même genre ? Lucky Star, dans un genre un peu plus Otaku devrait te convenir.


Le prochain sur ma liste est K-on !



lundi 29 octobre 2012

Blog de Jean-Philippe Blondel


Résumé pas forcément Nayiesque :

Un adolescent décide du jour au lendemain de ne plus adresser la parole à son père. En effet, le jeune homme s'est aperçu qu'il se rend régulièrement sur son blog. Qu'il a lu ses secrets les plus intimes. Et qu'il vit cela comme une terrible trahison. Cependant, le père souffre de ce brusque rejet, et finit par faire un cadeau à son fils. Un cadeau, lui aussi, très personnel. Et qui devrait effacer l'ardoise...

L'avis tout à fait Nayiesque :


Ce livre, je n'aurais jamais pensé le lire. Tout simplement parce que je ne voulais pas le commander, mais je le voulais. Les chances pour que le retrouve dans l'une des deux librairies où je me rends couramment étaient infimes. Et puis, je l'ai vu, d'ailleurs j'ai eu du mal car il est vraiment petit - cent-vingt pages, tout au plus - dans un compartiment quasiment vide. Je me suis littéralement jetée dessus. Je l'ai attrapé, et je ne l'ai plus lâché. La partie embarrassante de l'histoire est que quelqu'un m'avait vue et que ce n'était pas franchement une situation me mettant à mon avantage, mais là n'est pas le sujet.

J'ai du mal à en parler sérieusement, ici. Je ne sais pas, il ne se passe pas grand-chose. Ce n'est pas de l'action à proprement parler. Mais c'est super beau. Ça faisait longtemps que je n'avais pas ressenti ça en lisant un livre. Il est vraiment beau, l'histoire est bien construite. Lorsque tu le lis, tu es coupé du monde extérieur. Il est aussi vraiment bien écrit ; j'ai vraiment adoré. Je n'arrive pas à en parler objectivement, se fier à mon avis n'est pas la meilleure idée - parce que franchement, à voir ce que pensent les autres des livres que j'aime... - qui soit. Mais si je devais en conseiller un, ce serait celui-là. En plus, il est vite lu : 114 pages, en une heure c'est terminé. Ce serait idiot de passer à côté de ça, non ? Donner une heure de son temps pour le lire, c'est vraiment peu pour une petite perle comme celle-ci. Oui, je fais ma chieuse (pour changer) mais quand j'aime il faut que je vois si je suis la seule à le penser et s'il faut que je redescende sur terre. Mais il est génial, lisez-le, encore et encore si vous le pouvez. C'est une merveille.
J'ai même failli verser ma larme. Pas parce qu'il y a un moment ou un autre plus beau qu'un autre, mais plutôt pour l'ensemble. Un ensemble tellement beau.

Maintenant, faisons un rapide passage sur les personnages.

Parlons du héros, Raphaël. En réalité, il ne s'appelle pas comme ça, c'est une des particularités du roman : le narrateur est anonyme. Du coup, j'ai décidé de lui donner un nom, et je trouvais que "Raphaël" lui allait bien. Raph est un gars qui a une vision de ce qui l'entoure très juste. Et surtout, il écrit merveilleusement bien. Sans en faire trop, non plus, mais pour ceux qui ont lu mon avis de quatre kilomètres de long sur "Et si c'était vrai" de Marc Levy, ils sauront que les gens qui écrivent en faisant trop de manières et en lâchant une métaphore toutes les trois secondes, ça m'énerve royalement. Bref, coupons court sur cette phrase digne d'une rageuse voulant remuer le couteau dans la plaie de ceux qui aime. J'ai adoré ce personnage.

Du côté des autres, j'ai envie de dire que l'on ne peut pas vraiment s'y attacher. Excepté le père, peut-être. En fait, les personnages que nous croisons au long de l'histoire sont tous importants. On ne peut pas les détester, pour moi.

Au fait, ça va peut-être vous surprendre, mais ce qui m'a convaincu de l'acheter, alors que ça faisait des mois que je le cherchais après avoir lu le résumé, c'est la première page. Mais rassurez-vous, le reste du livre est bien différent. En voyant la première phrase on pourrait craindre un livre de rageux qui ruminera sur ça tout le temps sans voir plus loin que le bout de son nez, mais non. Alors, ruez-vous dessus. Il est génial.

Je donne la note de 20 souvenirs sur 20 ! Hé oui, rien que ça.

Le point positif : Je pense qu'il n'y en a pas un en particulier, c'est le tout qui fait que ça fonctionne. Mais si je devais en trouver un, je dirais peut-être le héros.
Le point négatif : Je dois vraiment en trouver un ?

Tu cherches un livre du même genre ? Les autres livres de l'auteur devraient sûrement répondre à tes attentes.

Le prochain livre à être chroniqué sera "La fille qui ne croyait pas aux miracles" !

dimanche 28 octobre 2012

Anime : Soul Eater


Scènes pouvant être choquantes en matière de violence ou de fan-service

Résumé pas forcément Nayiesque :

Plusieurs jeunes élèves de l'école Shibusen apprennent à devenir des Meisters. Cette école a été fondée par maître Shinigami (le Dieu de la mort) dans le but de former des jeunes meisters avec leurs armes démoniaques, pouvant prendre forme humaine, à faucher des âmes ; et également, d'éviter que le Grand Dévoreur, qui a failli engloutir le monde dans le désespoir et la folie, ne puisse renaître de nouveau. Le but des meisters est de faire avaler 99 âmes humaines corrompues et 1 âme de sorcière à leurs armes, afin d'avoir accès au rang de Death Scythe. Tout serait bien si c'était aussi simple, malheureusement de nombreux obstacles barreront la route des protagonistes.

L'avis tout à fait Nayiesque :

Je viens de le terminer, il y a dix minutes à peine, et je suis encore troublée par la fin. Ce dernier épisode était plus que grandiose, je suis bluffée. Même si de nombreux fans ont trouvés la fin ratée, je l'ai personnellement trouvée parfaite. 

J'en suis arrivée à regarder Soul Eater grâce à la minute manga, une émission de Ankama. J'ai commencé par lire le manga, que j'ai adoré, - j'attends Noël pour tous les demander ^^ - puis je me suis mise à l'anime. Ce n'est pas plus compliqué que ça.

Ce n'est pas forcément un anime pour tous publics. Pas seulement parce qu'on voit de temps à autre un peu de sang ou une ou deux filles nues (en fait, c'est tout le temps Blair... Et de temps à autre Tsubaki.), mais aussi parce que les réflexions faites par certains personnages ne sont pas forcément anodines. Au départ, Soul Eater part pour un anime drôle avec sa bonne dose de baston. Je ne dis pas que ce n'est pas mon genre - l'idée d'en voir un ne me rebute pas. Mais au fur et à mesure, l'histoire s'étoffe, une véritable intrigue s'ajoute au principe déjà peu commun. Un univers très noir qui me convient à merveille, un peu sombre, un environnement assez spécial. Des scènes de combats aussi bien faites que surprenantes - personne ne dira qu'il s'attendait à voir Shinigami-sama comme ça ! Malgré l'univers aussi bien fait que spécial, on ne se perd pas une seconde dans les explications et on comprend ce qu'il se passe. A partir du moment où l'on commence à voir les côtés plus sombres des personnages, j'ai adoré. Je ne pouvais plus lâcher l'anime des yeux une seule seconde. Lorsque Soul commence à faire ses rêves étranges, je me posais vraiment des questions. Lorsque la folie est devenue presque le centre de quelques épisodes et qu'elle restait toujours présente, qu'elle est devenue la Folie plutôt qu'une petite folie, je me demandais qui sombrerais dedans. Bien sûr, Stein me semblait le plus apte à se laisser envahir par la Folie... En effet, présente en chacun de nous. J'ai vraiment adoré, du début jusqu'à la fin ! 

Pour les personnages, il y en a beaucoup dont j'aimerais vous parler, donc, accrochez-vous.

Le premier personnage que l'on nous présente est Maka Albarn, meister en faux. Je dois avouer qu'au début je ne l'aimais pas beaucoup. Et puis, le personnage s'est étoffé, elle a montré à plusieurs reprises qu'elle était capable de plus que de donner quelques coups de faux et abattre un livre sur la tête de ceux la dérangeant. J'ai appris à l'apprécier au fur et à mesure, et je pense pouvoir dire qu'elle a une évolution vraiment surprenante. Que j'ai beaucoup aimée.

Soul ne me semblait pas bien complexe aussi à la base. Mais dés l'apparition du sang noir, j'ai été conquise par son côté sombre et l'air étrange de cette pièce dans son âme... Aussi, lorsqu'il commence à jouer du piano, j'ai adoré... Un personnage très intéressant !

Black Star est bien le seul qui n'a pas changé. Mais j'ai quand même réussi à l'adorer. Au premier abord, il semble être juste arrogant et en fait... Bon, en fait, il l'est vraiment, ce n'est un secret pour personne. Mais je l'ai adoré quand même. Maintenant, je pense pouvoir dire qu'il a dépassé Dieu. En tous cas, pour moi. Vive lui !

J'ignore pourquoi j'aime autant Tsubaki. Peut-être avec cette fleur de camélia, encore tout au début, quand elle se bat avec son frère. Quand elle montre qui elle est. Cette partie, je l'ai trouvée très touchante, d'ailleurs.

Du côté des soeurs Thompson, j'ai une petite préférence pour Patty, elle m'a bien fait rire x) Même si Liz est sympathique avec sa peur panique des fantômes.

Comment parler de Soul Eater sans parler de Death The Kid ? De tous les mangas que j'ai lu, jamais je n'ai autant aimé un personnage. Il est juste trop classe. De plus, il a quand même un petit côté sombre, pour côtoyer son côté "perfectionniste à outrance". Mais en même temps, Symmetry is everything.

Deux autres personnages sont importants pour moi (bien sûr, j'en adore d'autres, comme Stein, Spirit ou même Medusa)

Crona. Alors là, je l'ai adorée. Oui, je pense que c'est une fille. J'adore comme elle a été sincère avec Maka... J'ai pleuré pendant l'épisode 45. Alors que en fait... Oui, je n'aurais pas du pleurer, pour faire simple . Elle est "la méchante" au départ, puis devient la personne la plus fidèle à l'amitié qui soit. Je l'adore presque autant que Kid !

Et pour terminer, nous avons Excalibur ! J'ai ri à chacune de ses apparitions, sauf la dernière. Pourquoi ? Ils lui ont changé de voix ! Et il dit Idiot et plus imbécile... J'étais habitué aux "imbéciles", moi... Enfin, tant pis. Pendant l'épisode 17, j'ai vraiment beaucoup ri ! 

Je pense que c'est clair : je suis fan ! Je me vois obligée de donner 20/20 !

Tu cherches un anime du même genre ? Je ne sais pas s'il est bien adapté ou déjà disponible, mais Blood Lad est parfait pour toi.


Anime : Toradora !



Résumé pas forcément Nayiesque :

Ryuuji Takasu est un lycéen normal qui vit seul avec sa mère, il vient de rentrer en seconde année de lycée. Il aimerait être un simple lycéen ordinaire, mais il est doté d’un défaut : ses yeux intimidants. À cause de son air patibulaire, des rumeurs stupides n’arrêtent pas de circuler sur lui, notamment le fait qu’il frapperait quiconque oserait le bousculer et qu’il serait prêt à tuer, alors que c'est un jeune homme sensible tout ce qu’il y a de plus recommandable... À cause de ça, il rencontre des difficultés énormes à se faire des amis, et le plus lourd à supporter étant bien entendu l’absence de relation amoureuse. Par chance, il se trouve dans la même classe que son meilleur ami Yūsaku Kitamura, et son coup de cœur la jolie Minori Kushieda… Joie de courte durée puisqu’il va littéralement tomber sur la tsundere locale, Taiga Aisaka (surnommée le tigre de poche à cause de sa petite taille). Il va notamment découvrir que Taiga est amoureuse de son meilleur ami Yusaku Kitamura. C’est alors le début d’une relation sulfureuse entre ces deux-là, entre cette tsundere qui profitera de lui et en fera son homme de ménage et accessoirement un punching-ball, mais le garde près de lui afin de se rapprocher de Kitamura, tandis que Ryuji espère en faire de même avec l'énergique et non moins étrange Kushieda. Mais à force de s'entre-aider Ryuuji et Taiga ne risquent-ils pas de se rapprocher l'un de l'autre ?

L'avis tout à fait Nayiesque :

J'avais hâte de parler de cet anime. Tout simplement parce qu'il s'agit de mon shojo préféré ! Je l'apprécie vraiment beaucoup. Surtout parce que le dernier épisode est grandiose et croooo mignon *w*

Je l'ai connu en me baladant un peu sur internet. Je sais plus où exactement, mais bon. En tous les cas, il me tentait, j'ai donc eu l'idée incongrue de le regarder. Ce que je ne regrette pas du tout et que je ne regretterai jamais !

A propos de cet anime, je n'arrive même pas à trouver un point négatif ! Il est drôle, mais à certains moments il arrive à être touchant. D'ailleurs, je crois avoir versé une larme à un moment. Je ne dis pas lequel pour ne pas spoiler parce le spoil, c'est le mal, mais je pense ne pas avoir été la seule. Ou alors je ne suis vraiment qu'une pure cinglée. Il est super beau. Du début à la fin, il n'y a pas une seconde où l'on s'ennuie, c'est génial. Et la façon dont évoluent les relations entre les différents personnages, sont, parfois surprenantes, parfois non, mais menées à la perfection. On alterne entre épisodes là juste pour le fun et d'autres importants pour l'histoire. Entre moments tristes et joyeux. J'adore vraiment cet anime, je ne sais pas comment le dire autrement ! Ce n'est pas de la romance qu'on nous sert avec de légères différences tous les mois. On pourrait le croire, mais Toradora, c'est tellement plus que ça. C'est de la comédie, mais en même temps c'est autre chose. On ne pourrait pas lui donner un genre, mais c'est tellement bien !

Du côté des personnages, ils sont pour le moins nombreux, donc je vais parler des cinq personnes les plus marquantes.

Ryuji est un personnage assez spécial, mais quand il s'y met il peut être vraiment adorable. Témoin l'épisode de Noël où il se déguise en ours juste pour que Taiga soit heureuse. Je l'ai bien aimé, surtout à ce moment-là.  C'est génial ce qu'il peut être le contraire de ce qu'on pense qu'il est en voyant son allure.

Kitamura, lui, est à sa manière assez blessant. Lorsque, dans les tous premiers épisodes, Taiga lui avoue ses sentiments, la manière dont il réagit n'est pas violente ou quoi que ce soit, mais c'est le genre de choses qui peut vraiment blesser. Lors de la scène avec la présidente aussi. M'enfin, je ne l'ai pas trop aimé.

En revanche, j'ai a-do-ré Taiga. D'habitude, je n'aime pas trop les tsundere, mais là elle m'a bien plu. En plus, elle est toute mimi - même si je risquerais de me prendre un coup de pied de sa part en disant ça... Elle a un caractère bien à elle que j'ai aimé aussi. La partie avec son père, c'est là que j'ai commencé à la trouver intéressante si ma mémoire est bonne. Elle est géniale.

Minorin est mignonne au départ. Pour moi, elle était juste ça. Et plus l'histoire progressait, plus elle devenait différente. J'ai fini par l'adorer. Lors des derniers épisodes, elle était juste géniale.

Je ne sais pas trop quoi dire sur Ami. Je ne l'ai pas vraiment aimé, en fait. Je n'ai pas de problème avec les double personnalités, mais je n'aimais pas la détester, comme il le faudrait... Donc, elle je ne l'ai pas aimé. 

Mais ce n'est pas ça qui va m'empêcher de donner un 20/20.

J'ai adoréééé ! Je vous conseille de le regarder à tous.

Aimer cet anime t'as procuré un profond bien être ? Pour le retrouver, S.A. Special a class (c'est ça le nom ?) pourra peut-être te convenir. Perso, je ne l'ai pas encore vu.